Tesla: Un système pilotage automatique pour les Model S

AUTOMOBILE Baptisé Autopilot, le système pourra signaler au conducteur la présence d’une place de parking disponible et y faire un créneau à la demande…

20 Minutes avec agences

— 

Le patron de Tesla, Elon Musk, à Berlin le 24 septembre 2015
Le patron de Tesla, Elon Musk, à Berlin le 24 septembre 2015 — ODD ANDERSEN AFP

Un pas de plus vers la voiture autonome. Le constructeur américain de véhicules électriques haut de gamme Tesla a lancé le déploiement à grande échelle d’un nouveau logiciel embarqué comprenant des fonctions d’autopilotage.

« Les voitures vraiment sans chauffeur attendront encore quelques années », admet Tesla dans un message sur son site internet annonçant la livraison à ses clients de ce qu’il compare aux systèmes de pilotage automatique des avions.

Changer de file, adapter la vitesse et se garer

Dans les faits, le système, baptisé « Autopilot », a, pour l’heure, des applications plus modestes. Celui-ci, combiné à plusieurs outils (un GPS, un système de radars, de capteurs à ultrasons et de caméras) est capable de maintenir la voiture dans une file ou d’en changer après une simple pression sur un clignotant.

En outre, Autopilot se charge d’adapter la vitesse de la voiture, d’éviter les collisions à l’avant et sur les côtés, ainsi que les sorties de route. Au-delà des fonctions de pilotage automatique, le système peut alerter le conducteur lorsqu’il repère une place de parking disponible et y faire un créneau à la demande.

« Garder les mains sur le volant »

Tesla qui dit tester Autopilot depuis plus d’un an, a assuré qu’il fonctionnait particulièrement bien quand la circulation était dense. « Nous essayons de faire se comporter la voiture comme (…) un très bon conducteur », ni trop prévenant pour les autres véhicules, ni trop agressif, a indiqué le PDG du groupe.

Si la petite avancée fait son effet, il semble encore risqué de laisser la voiture prendre les rennes de la conduite. « Nous conseillons aux conducteurs de garder leurs mains sur le volant au cas où, parce que le logiciel est encore à un stade précoce », a ainsi commenté le patron-fondateur du groupe, Elon Musk lors d’une conférence de presse ce mercredi. « S’il y a un accident, le conducteur de la voiture est responsable », il doit donc rester en mesure de reprendre le contrôle à tout moment, a-t-il rappelé.

>> A lire aussi : 11 accidents impliquant des Google Cars sans chauffeur aux Etats-Unis

2.500 dollars pour profiter du système

Dans les faits, le nouveau logiciel baptisé « version 7.0 », commencera à être installé jeudi en Amérique du Nord via une mise à jour automatique sur les berlines Model S, véhicules écoulés à 11.580 exemplaires dans le monde au troisième trimestre. Celui-ci devrait également être mis en place la semaine prochaine en Europe et en Asie, sous réserve de l’obtention des autorisations nécessaires.

Ce logiciel a également vocation à équiper le tout nouveau SUV Model X, récemment mis sur le marché par Tesla. Côté prix, les propriétaires des véhicules devront toutefois débourser 2.500 dollars pour activer le système d’auto-pilotage, au moment de l’achat ou plus tard.