AllofMP3 ressuscite en MP3Sparks

Mohamed Najmi

— 

La victoire a été courte de durée pour les maisons de disques. Alors que le Russe AllofMP3 — accusé de proposer de la musique pas chère au mépris des ayant droits — vient de fermer son portail, voilà que MP3Sparks, un clone, russe aussi, prend le relais. Une coïncidence qui n’en est pas une: Mp3Sparks et AllofMP3 sont édités par la même société, Media Services.

Deux euros l’album

Crée en 2000, AllofMP3 a commencé à faire parler de lui en 2004 en proposant de la musique en ligne pour pas cher. Soit 10 à 20 centimes d’euros par piste ou environ 2 euros l’album. Presque rien pour l’internaute et beaucoup trop pour les maisons de disques occidentales. En France, le site russe doit faire face à la plainte de la Société civile des producteurs phonographiques (SCPP) et celle de la Sacem.

Un enjeu: l’OMC

Media Services a reculé devant les pressions du Kremlin. Lui-même fortement incité par Washington qui défend les intérêts des majors américaines. Et l’enjeu est immense pour les Russes: Moscou veut «apaiser les critiques» alors que Moscou entame «des négociations sur l'entrée de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce».

AllofMP3, MP3Sparks: même design

La fermeture du portail est une décision de principe: depuis octobre, MasterCard et VISA avaient décidé de geler les paiements par carte bancaire au bénéfice de Media Services. Selon le journal anglais Times, AllofMP3 avait attiré 5,5 millions de clients et générait un chiffre d'affaires annuel estimé à 30 millions de dollars (22 millions d’euros).