VIDEO. Sciences : Une société développe un mini-scanner qui analyse le monde qui nous entoure

OBJET CONNECTÉ Le scanner peut déterminer le taux d’humidité, la teneur en gras ou en sucre d'un aliment...

20 Minutes avec agences

— 

Une société israélienne a développé Scio , un scanner de poche capable d'analyser la structure moléculaire de n'importe qu'elle substance
Une société israélienne a développé Scio , un scanner de poche capable d'analyser la structure moléculaire de n'importe qu'elle substance — Jon Gerberg/AP/SIPA

Qui y a-t-il dans ce médicament ? Ce fruit est-il mûr ? Autant de questions qui grâce à « Scio » trouveront bientôt des réponses. Mis au point par une start-up israélienne, ce mini-boîtier permet de savoir instantanément de quoi est fait un aliment, une plante, un médicament ou un textile.

Inspecter le monde qui nous entoure

Dans le détail, ce petit spectroscope, de la taille d’une clé USB, scanne des objets en pointant dessus un faisceau dit « d’infrarouge proche » (NIRS, pour Near Infrared Spectroscopy). Chaque molécule, en réagissant à la lumière, produit une vibration unique, sorte de signature identifiable. Celle-ci est décryptée automatiquement par Scio, capable de recouper toutes sortes de propriétés chimiques telles que le taux d’humidité, la teneur en gras ou en sucre puis dresse une fiche, avec l’aide d’une base de données sur internet.

A titre d’exemple, le mini-scanner peut ainsi identifier une tomate et déterminer son niveau de sucre, donc de maturité, utile lorsque l’on fait ses courses au marché. Le boîtier, qui n’en est qu’à sa première version ne fonctionne, pour l’instant, pas sur les plats plus élaborés comme un plat de lasagnes. A terme, ce mini-scanner pourrait être intégré comme une caméra à un smartphone et permettrait de savoir, d’un clic, combien de calories se trouvent dans ce hamburger, quand cet avocat sera mûr, ou si cette veste est vraiment en cuir.

Pour Dror Sharon, cofondateur de Consumer Physics [la société à l’origine du projet], Scio [une référence au savoir en latin] s’apparente à un « un laboratoire personnel dans la poche ».

Une levée de fonds de près de 3 millions de dollars

Pour développer leur innovation, les fondateurs de Consumer Physics misent sur la participation de milliers d’internautes pour améliorer, de manière collaborative, les capacités de ce « boîtier sixième sens » en enrichissant la base de données du Scio hébergée sur une plateforme internet.

En s’appropriant l’outil, les utilisateurs joueraient le rôle d’ingénieurs. Commercialisé depuis début août, Scio a pu voir le jour grâce à l’engouement du public [via une campagne de crowfunding lancée sur Kickstarter] puisque 13.000 internautes ont passé commande, pour 250 dollars (environ 200 euros), de leur scanner personnel.

Une version intégrable au smartphone est à l’étude

Outre le grand public, Dror Sharon est convaincu de l’utilité de son boitier pour les entreprises « Scio intéresse certaines multinationales qui y voient un intérêt pour un développement en interne ou pour certains de leurs clients, à savoir n’importe qui dans le commerce ou l’industrie qui a besoin de savoir si le produit qu’il a commandé a les propriétés attendues ».

A noter que version de Scio intégrable à un téléphone existe déjà mais à l’état de prototype. Elle est soigneusement gardée dans les locaux de Consumer Physics qui se donne quelques années pour convaincre les géants de l’industrie que leur gadget est indispensable.