Bienvenue à Mcity, la ville où les voitures n’ont pas de chauffeur

TECHNOLOGIE Dans cette zone urbaine reconstituée de 13 hectares, seuls les véhicules autonomes arpentent les routes...

N.Bg.

— 

Un carrefour de Mcity, la zone urbaine du Michigan dédiée aux véhicules sans chauffeur.
Un carrefour de Mcity, la zone urbaine du Michigan dédiée aux véhicules sans chauffeur. — University of Michigan

Quand vos petits-enfants apprendront qu’à votre époque, on conduisait soi-même sa voiture, ils feront sans doute les yeux ronds. Alors que l’expérimentation des voitures sans chauffeur tourne à plein régime en Californie, en Grande-Bretagne ou encore bientôt en Suède, c’est peut-être au Michigan que le concept va passer à la vitesse supérieure.

L’Université du Michigan a en effet inauguré ce lundi une véritable mini-ville, de 13 hectares tout de même, réservée à l’usage des véhicules sans conducteur. Baptisée Mcity, elle se veut la quintessence d’une zone urbaine, avec carrefours, ronds-points, feux de signalisation, panneaux, tunnel et obstacles divers – y compris des robots-piétons prêts à surgir de derrière un mur. Tout aussi vicieux, des graffitis masquant certains panneaux et des marquages au sol partiellement effacés viendront tester les capacités des voitures.

Reproduire à l’envi les aléas de la route

Mcity, située à Ann Arbor, est une première mondiale : si les véhicules sans chauffeur sillonnent déjà les routes de nombreuses villes, notamment américaines, aucune n’a encore roulé sur les routes d’une fausse ville, où les aléas de la circulation pourront être automatisés et reproduits à l’envi. Le directeur de ce centre de tests grandeur nature, Peter Sweatman, est extatique : « Mcity est un environnement sûr, contrôlé et réaliste dans lequel nous allons déterminer comment le potentiel incroyable des véhicules connectés et automatisés pourra être exploité rapidement, efficacement et sûrement. »

La construction de la mini-ville a demandé une dizaine de millions de dollars, qui seront vite compensés grâce aux quinze partenaires du projet, parmi lesquels les constructeurs Honda, Ford ou Nissan : chacun déboursera 1 million de dollars sur trois ans pour avoir le statut d’associé privilégié de Mcity. La récompense : avoir la priorité pour faire rouler ses véhicules dans les rues de ce no man’s land. Et espérer prendre la tête de la course aux véhicules sans chauffeur.