La France sonne la charge contre les spams

INTERNET Depuis le 10 mai une association aide les particuliers à lutter contre un fléau mondial...

Mohamed Najmi

— 

Signal Spam, le site qui aide l'internaute à éliminer le fléau du web.
Signal Spam, le site qui aide l'internaute à éliminer le fléau du web. — no credit

Il y a des chiffres parlants. Ferris Research, un institut de recherche Californien spécialisé dans les technologies de communication, a estimé le coût mondial du spam en 2005: 39 milliards d’euros. Et en France? Le ministère de l'Economie a évalué le montant des préjudices provoqués par les mails indésirables: 1,4 milliard d'euros pour les entreprises françaises en 2006.

Devant ce fléau autant informatique qu’économique, les pouvoirs publics français tentent de prendre les choses en main en collaborant avec de nombreuses associations professionnelles et des spécialistes des réseaux et du commerce en ligne. Une collaboration qui a donné naissance à «Signal Spam», une association dont l’objectif est d’aider les particuliers à filtrer les mails indésirables.

Démasquer les spammeurs

Le principe d’utilisation du dispositif: trier le bon grain de l’ivraie. L’internaute s’inscrit gratuitement sur le site signal-spam.fr. Il reçoit ensuite un logiciel qui s’intègre automatiquement sous la forme d’un bouton dans sa messagerie. A chaque spam reçu, il faut cliquer sur ce bouton. Un message est alors envoyé à Signal Spam, qui va identifier et répertorier toutes les familles de courriers sauvages. Car même si ces «pourriels» se renouvellent chaque jour, leur structure reste sensiblement la même.

L’objectif est de constituer une liste noire. Charge ensuite aux fournisseurs d'accès à internet d’améliorer la sécurité de leurs réseaux grâce à ces informations. Des fournisseurs qui pourront être informés qu'un compte d’abonné est exploité comme serveur d'envoi de spams. Second objectif: démasquer les spammeurs qui risquent de forte amendes pour leurs mailings sauvages.

300.000 signalements en 10 jours

Dix jours après le lancement du système, le site a enregistré 15.000 inscriptions, 10.000 visites par jour et 300.000 spams ont été signalés. Selon l'association, les pourriels représentent 80% du trafic Internet, et chaque employé disposant d'un ordinateur en reçoit en moyenne 92 par jour, contre 20 il y a trois ans. Des pourriels qui ont aussi la mauvaise idée de colporter des virus.

La lutte contre le «courrier électronique non sollicité» est devenue un enjeu européen. En novembre 2006, la Commission européenne avait invité les Etats membres à prendre exemple sur les Pays-Bas, où le pourriel a été réduit de 85%. Mission possible donc.