Dropbox se lance à l’assaut des utilisateurs français

HIGH-TECH La start-up spécialisée dans le stockage de documents sur le cloud vient d’ouvrir un bureau en France, dirigé par un ancien salarié de Google…

Anaëlle Grondin

— 

Le service de stockage sur le cloud Dropbox, installé sur une tablette.
Le service de stockage sur le cloud Dropbox, installé sur une tablette. — RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

«On veut être reconnu comme le meilleur endroit au monde pour stocker vos documents les plus importants». Waseem Daher, chef de produit chez Dropbox, confirme l’ambition de la start-up américaine. Valorisée plus de dix milliards de dollars, l’entreprise, créée en 2007, vise bien plus que les 300 millions d’utilisateurs qu’elle compte aujourd’hui. Pour conquérir encore plus d’internautes et d’entreprises (100.000 à l’heure actuelle), Dropbox a décidé de s’implanter un peu partout sur la planète pour s’adapter au mieux aux marchés.  

La start-up vient ainsi d’ouvrir un bureau à Paris et de recruter, chez Google, un directeur France, Philippe Plichon. «Le nombre d’inscriptions à Dropbox est en croissance extrêmement forte. Ici, un internaute sur cinq a un compte. On souhaite augmenter le niveau de service et comprendre leurs besoins, explique-t-il. Il y a énormément de demandes de renseignements». Et il est désormais là pour y répondre.

Lisibilité des offres et sécurité

Pionnière dans le stockage en ligne, Dropbox vante sa «simplicité», la «rapidité» de son service et sa «fluidité» grâce à sa technologie de synchronisation avancée. L’entreprise met aussi en avant son partenariat avec Microsoft qui permet notamment aux utilisateurs d’ouvrir leurs fichiers Word et Excel stockés sur leur Dropbox sur smartphone et tablette. Mais la start-up doit absolument rendre ses offres plus lisibles. Car entre Google Drive, OneDrive (de Microsoft) ou encore Amazon Cloud Drive, la concurrence - qui ne l’inquiète pas trop pour le moment, assure Philippe Plichon - est de plus en plus féroce.  

A l’heure où le vol de mot de passe sur Internet fait régulièrement les gros titres, la sécurité est également un enjeu majeur pour l’entreprise. La sûreté du cloud de manière générale fait débat. Certains internautes peuvent se demander s’il ne vaudrait pas mieux se passer du stockage en ligne, tout simplement. «On utilise les meilleures technologies», assure Waseem Daher. «Toutes les données sont cryptées et on se renseigne toujours sur les meilleures pratiques dans l’industrie. On fait de gros efforts de ce côté-là.» 

Il y a six mois, l’entreprise a été victime d’une mauvaise publicité. Des hackers avaient assuré avoir eu accès à plusieurs millions de comptes Dropbox. De quoi donner des sueurs froides à ses utilisateurs. La start-up avait vite répliqué indiquant que ses serveurs n’avaient pas été attaqués et que les identifiants et mots de passe avaient été dérobés sur un autre service. Waseem Daher confirme: «Il y a eu une attaque sur LinkedIn il y a quelques années et les mots de passe ont été utilisés pour tenter de se connecter à d’autres services comme Dropbox.» En revanche, des serveurs de l’entreprise avait bel et bien été piratés en 2012, la poussant à revoir sa sécurité. Waseem Daher veut tout de même rassurer: «Aujourd’hui, on a la possibilité d’utiliser la double authentification et il est aussi possible d’effacer le contenu de votre Dropbox à distance si vous perdez votre ordinateur.» Ces arguments seront-ils suffisamment convaincants?