Tesla: Elon Musk aurait voulu vendre la société à Google

ECONOMIE Le PDG de la société de voitures électriques avait, dans son accord, négocié son maintien à la tête du groupe pendant 8 ans...

20 Minutes avec agences

— 

Elon Musk, le PDG de Tesla, le 22 février 2015 à Beverly Hills
Elon Musk, le PDG de Tesla, le 22 février 2015 à Beverly Hills — Pascal Le Segretain GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Le milliardaire américain Elon Musk aurait envisagé, début 2013, de vendre sa société de voitures électriques Tesla à Google, selon des extraits d'un livre à paraître le mois prochain mais publiés, ce lundi, par l'agence Bloomberg.

Une transaction estimée à 6 milliards de dollars

Auteur de l’ouvrage Elon Musk: Tesla, SpaceX, et la quête d'un avenir fantastique, qui sortira le 19 mai, le journaliste Ashlee Vance raconte qu’en 2013, Tesla est confronté à des problèmes techniques avec sa Model S, sa future berline phare. Incapable de livrer autant de véhicules que convenu, la société est «au bord de la faillite».

Le journaliste rapporte que, la première semaine de la même année, Elon Musk a contacté le cofondateur de Google Larry Page, lui proposant de racheter Tesla pour 6 milliards de dollars, avec la promesse de 5 milliards de dollars d'investissements supplémentaires pour agrandir ses usines. Autre condition du PDG: conserver la direction pendant huit ans.

Tesla: Un tweet d'Elon Musk qui valorise la société à 1 milliard de dollars

Les négociations s'arrêtent après le succès de Tesla

De son côté, Larry Page, contacté par Ashlee Vance, a déclaré qu'il ne voulait  pas spéculer sur des rumeurs», et «qu’un fabricant de voitures est plutôt éloigné de ce que Google sait faire». Pourtant, d'après les sources du livre, il aurait accepté les grandes lignes de l'accord, et les négociations se seraient poursuivies. 

L’accord va toutefois rapidement prendre du plomb dans l’aide quand, début mai, Tesla annonce le premier bénéfice net de son histoire, grâce aux ventes de Model S. L'action Tesla s'envole, et Elon Musk rompt les négociations avec Google. Selon le journaliste, «il n'avait plus besoin d'un sauveur».

Google, qui compte les voitures sans chauffeurs parmi ses projets futuristes, a pour sa part investi il y a quelques mois dans une autre société d'Elon Musk. Avec le fonds d'investissement Fidelity, le géant de l’informatique a pris une participation d'un peu moins de 10% dans la société de transport spatial SpaceX pour un milliard de dollars.