Des puces qui chatouillent la Wii

©2007 20 minutes

— 

Le piratage par la puce. Depuis février, une demi-douzaine de « puces » ou « modchips » sont apparues. Une fois installées, elles permettent de contourner les systèmes de sécurité de la console Wii et de faire tourner des jeux qui s'échangent sur les réseaux P2P. Baptisées Wiikey, Wiifree ou Cyclowiz, elles sont vendues sur Internet entre 2 et 50 €.

Pour être fonctionnelle, la puce doit encore être soudée aux circuits de la Wii. La manoeuvre est fortement déconseillée au néophyte car elle nécessite - outre un talent pour la soudure - de démonter (et de remonter) la console. Des forums spécialisés ont donc commencé à recenser les poseurs de puces disponibles dans les grandes villes de France : joignables par mail ou messagerie instantanée, ces autodidactes du fer à souder proposent d'installer l'un des modchips dans votre Wii pour environ 30 €. Bref, pour la moitié du prix d'un jeu, une personne malhonnête a désormais accès aux 156 copies pirates de DVD de jeux Wii et aux centaines de jeux GameCube disponibles sur les réseaux P2P. Ces manips ont pris une telle ampleur que Nintendo rappelle sur son site que toute modification de la console annule la garantie, et que « l'installation d'une puce modifiée peut endommager le fonctionnement d'une console Nintendo et, dans certains cas, la rendre impossible à réparer ». Le constructeur avertit aussi que « les puces modifiées sont considérées illégales dans certains

pays, dont les Etats-Unis,

le Royaume-Uni et Hongkong ».

En France, les bidouilleurs risquent une amende de 3 750 €. La note monte à 30 000 € avec une peine d'emprisonnement de six mois pour les vendeurs et poseurs de puces. Parallè­lement à ces déclarations, Nintendo a aussi légèrement modifié l'architecture interne de la Wii afin de compliquer un peu plus la tâche des poseurs de puces. Aussi­tôt, des forums de pirates ont mis à la disposition de leurs membres des tutoriaux illustrés montrant comment « pucer » cette nouvelle génération de consoles...

Yaroslav Pigenet