La stabilisation nettement contre le flou

PHOTO Et le numérique devint stabilisé... Sur le marché des compacts, bridges et reflex, la stabilisation optique représente ...

Christophe Séfrin

— 

Et le numérique devint stabilisé... Sur le marché des compacts, bridges et reflex, la stabilisation optique représente une véritable quête du Graal. « La stab' est devenue le champ de bataille de toute la profession », confirme-t-on chez Nikon. Comme ses rivaux, le constructeur s'accroche à cette fonction apparue il y a dix-huit mois qui se généralise pour séduire de nouveaux acheteurs et rééquiper les anciens. De quoi s'agit-il ? D'un procédé permettant d'éviter les photos floues. Un faible tremblement de la main qui tient l'appareil ? Un sujet en léger mouvement, une prise de vue à fort grossissement ou un cliché sans flash en basse lumière ? Le stabilisateur fait des miracles. Mais les techniques employées diffèrent, avec des résultats divers.

La stabilisation basique Le principe consiste en une prise de vue avec une sensibilité plus élevée dite « High ISO », qui permet une vitesse d'obturation accrue. Contrepartie, un grain renforcé. « Dans ce cas, le terme stabilisé'' est usurpé », précise-t-on chez Olympus.

La stabilisation numérique Présente sur des produits d'entrée ou de moyenne gamme, elle consiste en un recadrage automatique de l'image. Pas toujours efficace en basse lumière.

La stabilisation mécanique Elle a été adoptée par nombre de fabricants de reflex. Avec elle, le capteur est mobile et compense les mouvements inopinés de l'appareil. Fiable et pratique quelle que soit l'optique employée, elle est néanmoins très gourmande en énergie. C'est pour cela qu'elle n'est pas intégrée aux compacts, dont les batteries s'épuiseraient trop vite.·

La stabilisation optique Le fin du fin. Dans ce cas, un groupe de lentilles bouge en temps réel dans le bloc optique et offre une réactivité plus grande. Cette stabilisation peut être associée, comme chez Panasonic, à un système High ISO, qui contrôle si le sujet bouge ou pas.

détecteur Autre nouvelle fonction qui participe à la réalisation de meilleures photos, la détection de visage. L'appareil parvient à détecter un ou des visages lors d'une visée et considère qu'ils constituent un élément capital de la photo (cas d'un portrait ou d'une photo de groupe). Il ajuste sa mise au point et optimise son exposition, réduisant ainsi les risques de sous-exposition ou de photo « brûlée » par un éclair de flash. A partir d'algorithmes du même type, certains appareils corrigent les yeux rouges.