Les PC en cure d'amaigrissement

INFORMATIQUE Pour sauver l'ordinateur de bureau, faites-lui suivre un régime. C'est un peu la ligne des fabricants de desktops...

Nathalie Bloch-Sitbon

— 

Pour sauver l'ordinateur de bureau, faites-lui suivre un régime. C'est un peu la ligne des fabricants de  desktops , qui entendent ainsi résister à la part croissante prise par les ordinateurs portables sur le marché. Après le Mac Mini, les PC ont pris eux aussi la voie de la miniaturisation. Parmi les précurseurs : HP et sa gamme Slimline lancée en mai 2006. D'autres comme Acer ou Fujitsu Siemens ont suivi.Ces ordinateurs sont jusqu'à plus de dix fois moins encombrants qu'un PC traditionnel. « Aujourd'hui, le PC est installé dans le salon ou dans les chambres. Plus il est petit et joli, plus il est facilement adopté », souligne Laurent Savary, chef de produit PC chez HP. Sans pour autant sacrifier au confort : un PC reste avant tout un outil sur lequel on doit pouvoir travailler agréablement. « Les portables de plus en plus petits ne répondent pas forcément aux attentes du grand public qui n'est pas aussi nomade qu'on le croît », souligne Vincent Grégoire, directeur art de vivre de l'agence de style Nelly Rodi. La réduction de format est possible grâce à la miniaturisation des composants : aujourd'hui, une carte mère. Autres facteurs favorables : les progrès sur la dissipation thermique qui permet de réduire les ventilateurs et l'utilisation de composants de portables.En revanche, les petits boîtiers ne sont guère évolutifs : les PC restent dans leur configuration d'origine, ciblant le milieu de gamme avec un processeur double coeur, 1Go de RAM, un disque dur de 250 Go : « Dans la pratique, presque aucun utilisateur grand public ne fait évoluer son ordinateur », précise Daniel Tachino d'Acer. « Avec la baisse des prix, quand il est obsolète, on en rachète un nouveau... »Quant au prix, la différence avec les desktops traditionnels est de quelques dizaines d'euros mais peut grimper à quelques centaines pour les plus formats les plus riquiqui.

marché Le phénomène des PC de taille réduite prend de plus en plus d'importance, reconnaît-on chez GfK. L'année dernière, deux d'entre eux se sont classés dans le top 20 des meilleures ventes des desktops. Leur part est estimée à environ 10 % du marché et pourrait passer à 20 % l'année prochaine. Une manière de redynamiser le marché du PC de bureau, largement concurrencé par celui du portable mais qui représente encore plus d'un million et demi de pièces en 2006.