VIDEO. La Google Car 2.0 n'aura ni pédale ni volant

AUTOMOBILE L'entreprise compte fabriquer une centaine de véhicules et lancer un programme-pilote dans les deux prochaines années. Il sera, si tout va bien, ouvert au public...

Philippe Berry

— 

Un prototype de voiture autonome de Google, présenté le 27 mai 2014.
Un prototype de voiture autonome de Google, présenté le 27 mai 2014. — GOOGLE

Un petit véchicule 100% électrique et autonome est-il l'avenir du transport urbain? Jusqu'à présent, les Google Cars étaient des voitures presque normales. Certes, les Prius et les Lexus modifiées étaient capables de se déplacer toutes seules grâce à un système de caméras et de radars, mais le conducteur pouvait à tout moment reprendre un contrôle manuel. Google veut changer cela et pousser la logique de sa technologie jusqu'au bout.

Mardi, l'entreprise a présenté un prototype maison qui se passe complètement de l'humain. Cette mini-voiture électrique comporte quatre roues, un habitacle, et c'est tout. Adieu, volant, accélérateur et pédale de frein. On trouve quand même un bouton rouge pour tout couper en urgence. Et si le doute est permis en regardant l'image, les phares sont bien là.

Vitesse limitée à 40 km/h

Selon Google, le véhicule peut détecter des objets en mouvement dans un rayon de 200 mètres. Récemment, le logiciel a été amélioré et sait désormais gérer un passage à niveau ou décoder les gestes d'un cycliste. Dans un premier temps, la vitesse sera limitée à 40 km/h, uniquement pour des trajets urbains. La voiture pourra être appelée via un smartphone et aller se garer toute seule. Un pare-chocs en mousse devrait limiter les dégâts en cas de contact avec un piéton.

Un constructeur de la région de Détroit, dont l'identité n'a pas été révélée, fabriquera une centaine de prototypes que les conducteurs de Google testeront. Les premiers disposeront de contrôles manuels avant de passer à du 100% autonome. «Si tout va bien, nous espérons lancer un petit programme-pilote, ici en Californie, au cours des deux prochaines années», écrit l'entreprise. Contacté par 20 Minutes, Google précise que ce programme sera, «si tout va bien», ouvert au public quand il estimera «que les véhicules sont assez sécurisés».

Combien coûte le prototype? Le géant de Mountain View compte-t-il devenir un constructeur automobile? L'entreprise botte en touche et dit travailler «avec des partenaires» pour lancer cette technologie «en toute sécurité». Si elle y réussit, elle aura peut-être enfin trouvé un intérêt à la smart watch. Allô, Kitt, tu viens me chercher?

>> Démonstration en vidéo