Le licenciement validé pour ceux qui oseraient surfer sur le web au bureau ?

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

webSe faire licencier par son employeur pour avoir « seulement » surfé sur la toile au bureau, ce sera sans doute prochainement d’actualité, du fait de cette nouvelle décision rendue par la Cour de cassation.

La Cour de cassation a tranché : le fait de se connecter de manière répétée à des sites Internet sur son lieu de travail pourra entraîner un licenciement pour « faute grave ». Pour autant, la Cour de cassation a détaillé un peu son propos, expliquant que le nombre de connexions enregistrées devra obligatoirement présenter un caractère « abusif ». A voir comment sera qualifié le terme « abusif ». Une connexion sur Facebook tous les quart d’heure ? Sur Gizmodo toutes les 10 minutes ?

Pour le moment, le seul indice qui a été donné est le suivant : 10 000 connexions à des sites web sur une période comprise entre 2 et 3 semaines entre dans le cadre du « particulièrement abusif ».

Alors, faudra t-il pour certains réduire, voir cesser les sessions de surf sur la toile durant les heures de bureau ?

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[lindependant]