Chromebook Pixel, cette merveille de Google que personne n'achètera

HIGH-TECH A 1.299 dollars, il vient concurrencer le Macbook Pro Retina Display, mais avec un Chrome OS qui reste encore très limité...

Philippe Berry

— 

Google a présenté le Chromebook Pixel, le 21 février 2013.
Google a présenté le Chromebook Pixel, le 21 février 2013. — GOOGLE

A qui est destiné le Chromebook Pixel? Après la présentation de Google, à San Francisco, jeudi, on se pose encore la question. Car si l'entreprise affirme qu'elle vise les «power users» avec un portable doté d'un écran tactile à ultra-haute résolution, on ne voit pas vraiment qui va payer 1.299 dollars pour une machine dont l'OS est presque réduit à un simple navigateur Web. Pour l'instant, Google va prendre la température avec une sortie limitée aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, sans date précise pour la France.

Côté hardware, Google s'est surpassé. L'entreprise a contrôlé le design de A à Z, pour une machine assemblée à Taïwan par un partenaire non identifié. Avec une résolution de 2560x1700 pixels pour un écran de 12,85 pouces, un processeur Intel i5 et un poids sous les 1,5 kilo, ce Chromebook se cale sur les caractéristiques du Macbook Pro Retina 13 pouces, qui démarre, lui à 1.499 dollars.

Comme Microsoft, Google mise sur le tactile. Mais à la différence de Windows 8, Chrome OS n'a pas été conçu pour être utilisé avec les doigts –même si Google l'a optimisé pour certaines applications.

Limité par Chrome OS

Si Chrome OS est devenu plus convivial à utiliser qu'à ses débuts, le système mise toujours tout sur le Web et ses applications. En clair, pas de Photoshop, d'Adobe Premiere ou de Gimp. Pas d'apps natives: tout se fait dans le navigateur, ce qui nécessite une connexion permanente à Internet. Et pour le modèle wifi + 4G LTE, il faudra débourser 1.449 dollars en Avril. Avec le rachat de Quick Office, il sera toutefois bientôt possible d'ouvrir des documents de bureautique même hors-ligne.

Parce que Google veut promouvoir le cloud, la version de base du Pixel n'embarque que 32 Go de mémoire (contre 128 Go au Macbook Pro). En contrepartie, l'entreprise offre 1.000 Go de stockage dans Google Drive.

Dans 5 ans, il est possible que les Web apps parviennent à concurrencer les programmes et les apps natives. Que la 4G couvre l'ensemble du territoire et que les opérateurs proposent enfin des plans data illimités pour tous nos gadgets à un prix abordable. Mais alors que les ventes de Chromebook qui coûtent 300 dollars ne décollent pas, il deviendra de plus en plus difficile pour Google de justifier l'existence de Chrome OS aux côtés du succès qu'est Android.