Sony dévoile la Playstation 4 sans la montrer

HIGH-TECH Et nous laisse avec plus de questions que de réponses...

Philippe Berry

— 

Sony a présenté la Playstation 4 et sa nouvelle manette, le 20 février 2013, à New York.
Sony a présenté la Playstation 4 et sa nouvelle manette, le 20 février 2013, à New York. — B.MCDERMID/REUTERS

De notre envoyé envoyé spécial à New York

Sony a donc tiré le premier. Devançant Microsoft, le constructeur japonais a présenté la Playstation 4, à New York, mercredi soir. Et la star de la soirée a brillé... par son absence. Sony garde le design secret, tout comme le prix. La seule certitude, c'est que la PS4 sortira «pour les fêtes de fin d'année», soit entre la fin novembre et la mi-décembre. Pour le reste, on a vu beaucoup de démos techniques et de concepts intéressants, sans obtenir beaucoup de détails. Pour cela, il faudra sans doute attendre le salon de l'E3 de Los Angeles, cet été.

Un hardware proche du PC

Sony abandonne ses puces exotiques pour un couple processeur-carte graphique AMD 8 coeurs emprunté au monde du PC, boosté par 8 Go de RAM (contre 512 Mo à la PS3). Cette nouvelle architecture devrait simplifier la vie des développeurs pour porter des titres PC.

Que valent les graphismes next gen? Dur d'avoir un avis définitif. Le prochain Killzone a le plus impressionné avec ses effets de fumée et de lumières à tomber. Des démos techniques «temps réel» montrent un gros potentiel mais les constructeurs ont la fâcheuse habitude de tricher avec des effets pré-rendus quand ils lancent une nouvelle console.

En vidéo:

Du côté de la manette, le nouveau Dual shock intègre, comme prévu, un touchpad en son centre. Sony a également présenté une nouvelle caméra, qui comporte deux lentilles et plusieurs micro. Le périphérique communique avec une barre lumineuse sur la manette et peut «détecter la position des joueurs». Pourra-t-on utiliser un contrôle gestuel aussi poussé que sur Kinect? No comment, répond Sony.

Le cloud-gaming, un game-changer

Avec le rachat de Gaikai, Sony mise donc sur le cloud-gaming, qui permet aux utilisateurs d'accéder à des jeux exécutés sur des serveurs distants. Sony a montré un titre PS4 sur la télé avant de basculer sur la PS Vita. Si la Wii U propose une option similaire, il faut, dans le cas de cette dernière, rester à proximité de la console. En revanche, on peut accéder au cloud-gaming depuis n'importe quel navigateur, via wifi et potentiellement 3G ou 4G.

Pourra-t-on jouer à tous les tires PS4 via streaming? Sans doute pas. «On a présenté un concept mais il reste de nombreux détails à affiner», confie à 20 Minutes le patron de Playstation France, Philippe Cardone. Si Sony a surtout mis en avant la PS Vita, Cardone estime qu'à terme, d'autres appareils comme des tablettes sous iOS et Android pourraient être concernés par le streaming. Avec quel modèle de prix, on ne saura pas.

Le patron de Gaikai, David Perry, a surtout mis en avant la possibilité de jouer à des démos instantanément, sans rien devoir installer. En revanche, Sony n'a pas communiqué sur le streaming des vieux jeux PS3, non compatibles avec la PS4.

Le partage et le social au cœur du système

Le bouton «share» de la manette permet un partage direct, par exemple d'un clip de jeu, avec ses amis. Avec le cloud-gaming, ces derniers devraient également pouvoir jouer les spectateurs en direct, et, potentiellement, prendre le contrôle, par exemple pour aider le joueur à franchir un passage difficile.

Sony a encore longuement insisté sur l'intégration de Facebook et de Ustream au cœur de sa plateforme, promettant que la PS4 serait la console la plus sociale jamais conçue. Le jeu en réseau, lui, n'a que peu été abordé. Selon des rumeurs insistantes, Sony devrait opter pour une offre premium payante, comme sur Xbox.