Dailymotion : le carton du «You Tube français»

©2006 20 minutes

— 

Créée il y a moins d'un an, la start-up Dailymotion est la nouvelle star du Web 2.0 hexagonal. Surnommé « le You Tube français », ce site de partage gratuit de vidéos en ligne a attiré en France 1 million d'internautes en juillet, contre 2,3 millions pour You Tube. Et revendique 9 millions de pages consultées par jour, un chiffre en hausse de 70 % par mois. A l'origine de cette réussite, Benjamin Bejbaum, 29 ans. « De retour d'un voyage, j'ai voulu partager mes vidéos avec des amis, se souvient-il. C'est alors que j'ai eu l'idée de proposer un service permettant à tout un chacun de faire la même chose très simplement. » Aujourd'hui, 4 000 vidéos viennent enrichir chaque jour la plate-forme. Et les internautes qui mettent en ligne les créations « générant le plus d'audience » pourraient bientôt être rémunérés. Pour Vincent, « accro » revendiqué, « l'heure de la télé libre a sonné », Dailymotion et consorts permettant de visionner à la carte des milliers de vidéos amateurs, mais aussi d'actualité, de sport, de musique... « Grâce à la généralisation du hautdébit et des caméraphones, la vidéo sur Internet se démocratise », note Anne Confolant de l'Atelier BNP Paribas. Pour accélérer son développement en Europe, Dailymotion vient de boucler un premier tour de table de 7 millions d'euros, apportés par les fonds d'investissement Atlas Ventures et Partech international. Elle est la cinquième start-up française spécialisée dans la vidéo à obtenir un financement depuis le début de l'année : Eyeka et Vpod.tv ont levé 4 millions d'euros chacune, Kewego, 5, et Skema, 1. Le site tire encore l'essentiel de ses revenus en vendant sa plate-forme technique à Wat.tv (Groupe TF1) ou à AOL France, mais cherche à « monétiser » sa large audience. Une offre publicitaire, modeste, a fait son apparition sur le site, et l'intégration de réclames à l'intérieur même des vidéos est à l'étude.

Jonathan Bouchet-Petersen