photo

© 20 minutes

— 

La photo numérique, c’est l’arbre qui cache la forêt. Avec des projections à 1,5 million d’unités vendues en 2003, les nouveaux appareils font oublier qu’il est un secteur où il s’en vend 10 fois plus : celui des appareils jetables. Lancés par Fuji il y a quinze ans, leur succès n’a cessé d’enfler, contribuant largement à faire monter en flèche le nombre de Français pratiquant la photo : de 60 % en 1989 à 82 % en 2002. Leur simplicité a séduit nombre de photographes en herbe. A lui seul, l’Hexagone représente 40 % des ventes européennes de jetables. Si les fabricants préfèrent parler du « Prêt à photographier » (PAP *), tous se livrent une guerre sans merci pour protéger un secteur qui a encore recours à la pellicule argentique, menacée par le numérique. Mais le jetable a la vie dure : 70 % de ses acheteurs possèdent un autre appareil. Car à moins de 10 euros , il est d’abord utilisé pour des raisons de sécurité et de praticité. « Souvent, il correspond à un premier pas des enfants vers la photo », précise Céline Pulby, chef de produit chez Agfa. Un vivier de futurs photographes. Christophe Séfrin