La Seve veut tourner la page

Manuel Pavard

— 

«On a envie de laisser derrière nous toutes ces querelles. » Dix jours après le choix de la Seve (Savoirs, émancipation et vie étudiante) comme nouvelle association gestionnaire d'EVE (Espace vie étudiante), sa présidente, Amandine Dupraz, estime que « son projet constituera une bouffée d'oxygène pour les étudiants, qui pourront retrouver le dynamisme d'EVE », après des mois de luttes intestines au sein d'Eponyme, précédent délégataire.

Valoriser l'engagement étudiant
Le projet de la Seve est encore en gestation. « Les missions de service public restent les mêmes : accueil et intégration des étudiants, pépinière d'associations et programmation culturelle. Nous souhaitons soutenir les initiatives étudiantes. » Le calendrier reste, lui aussi, assez flou. Le forum des associations « Fête la rentrée », qui lance traditionnellement l'année universitaire, devrait se tenir fin septembre mais « la préparation ne commencera qu'à la mi-août. La programmation d'EVE est spontanée et dépend des initiatives portées par d'autres associations, avec qui nous discuterons début septembre. » Quant au café, il sera « un lieu de convivialité, de rencontres et d'informations sur ce qui se passe à EVE. »

La Seve, quésaco ?

Créée pour la candidature à la DSP, la Seve mêle, selon sa présidente, « anciens d'Eponyme et étudiants investis dans EVE ou dans la vie du campus ».