Un axe plus vert et aéré en 2014Les riverains prennent leur mal en patience

Manuel Pavard

— 

L'arrivée de la nouvelle ligne E du tram, fin 2014, va remodeler en profondeur les abords du tracé. Elle s'accompagnera ainsi d'un projet d'aménagement des contre-allées et trottoirs des cours Jean-Jaurès et Libération, soumis au vote du conseil municipal du lundi 25 juin. Celui-ci se fixe trois objectifs, selon Michel Destot : « Embellir, mieux partager l'espace public et réintégrer la nature en ville ». « Le but est de rendre les trottoirs aux gens et aux commerces », résume Alain Pillard, adjoint aux droits de voirie et aux travaux.

Le végétal sera roi
Les contre-allées du cours Jean-Jaurès seront redessinées ainsi : un terre-plein entièrement végétalisé, accueillant les platanes ; une contre-allée déplacée le long des platanes sur 3,50 m de large (empruntable par les cyclistes, qui bénéficieront de pistes cyclables près des carrefours) ; stationnement des voitures le long du trottoir et divisé par deux (180 places contre 400 aujourd'hui) ; des trottoirs élargis à 2,30 m ; un espace d'1,90 m au pied des façades, qui permettra aux commerces de créer ou d'agrandir leurs terrasses. Les contre-allées disparaîtront toutefois entre Berriat et Alsace-Lorraine, où le SMTC aménagera la plus importante station de la ligne E, et devant l'école Jean-Jaurès, qui profitera d'un espace paysager libéré de la circulation automobile. Les travaux doivent débuter au printemps 2013 et se finir fin 2014.Cours Jean-Jaurès, les travaux de plateforme du tram E ont débuté il y a deux mois et demi. Pour Nicolas Polankai, gérant du Sun Valley, cela cause « de gros soucis. On devait mettre en place un espace restauration sur la terrasse, début mai, mais on ne peut pas avec les engins qui passent à 1,50 m. Avec le bruit, la poussière et les parkings supprimés, les clients viennent moins. Ce matin, je n'ai fait que 2 cocas et 3 cafés. » Le patron de bar fait néanmoins contre mauvaise fortune bon cœur : « J'espère que ça en vaudra la peine. » Audrey, qui circule chaque jour sur le cours, est philosophe : « J'ai vécu à Rennes pendant les travaux du métro. Les gens râlaient mais à la fin, tout le monde était content. Là c'est pareil, je tombe dans les bouchons pour aller à Saint-Egrève mais dans deux ans, je prendrai le tram. »