Liesse générale à la Halle Clemenceau

Manuel Pavard

— 

La victoire de François Hollande a été acclamée triomphalement à la Halle Clemenceau.
La victoire de François Hollande a été acclamée triomphalement à la Halle Clemenceau. — M. Pavard / Pleins Titres / 20 Minutes

Qu'ils fussent militants, sympathisants socialistes ou simples électeurs de gauche, ils étaient plusieurs centaines à avoir empli la Halle Clemenceau, ce dimanche soir, à partir de 19 h 30. Electrique et joyeuse, l'ambiance est montée progressivement jusqu'à l'annonce du résultat final, devant l'écran géant installé pour l'occasion. A 20 h, quand le visage de François Hollande est enfin apparu, une immense clameur a retenti dans la salle. Champagne, embrassades, cris, drapeaux… Des scènes de liesse « rappelant, toutes proportions gardées, le 10 mai 1981 », selon Ghislaine, 58 ans, qui confie avoir « retrouvé l'espoir ».

Emotion et soulagement
Au premier rang, la députée Geneviève Fioraso ne cachait pas son « immense émotion : quand j'ai vu le visage de François Hollande à la télé, j'ai été bouleversée. Je suis fière de mon pays. C'est une grande espérance et une grande responsabilité. Ce soir, on partage et demain on travaille. » Beaucoup, tel Alexis, 17 ans, militant au MJS, étaient ainsi partagés entre « joie, soulagement et responsabilité. Même s'il était favori, j'ai eu peur jusqu'au bout. Mais tout reste à faire ! » Fabien, 26 ans, électeur de Mélenchon au 1er tour, espère quant à lui « un réel changement. Le plus symbolique pour moi, c'est le cas de mon père, arrivé de Turquie il y a cinquante ans et que j'ai convaincu de voter pour la première fois à cette élection. » Pour qui ? « Hollande aux deux tours », bien sûr !

GRENOBLE, bastion « HOLLANDAIS »

A 21 h 20, dimanche, selon ledauphine.com, les résultats des bureaux test donnaient François Hollande largement en tête à Grenoble avec 64,9 %, « un score jamais atteint pour la gauche dans notre ville », selon Michel Destot. A la Villeneuve, quartier marqué par « le discours de Grenoble », un bureau aurait même voté à 80 % pour le candidat PS.