L'asso Eponyme divisée, «EVE» menacé

UNIVERSITÉ 'Espace Vie Etudiante a rouvert ses portes, mais le conflit interne n'est pas réglé...

Chantal Féminier

— 

Les concerts et autres événements peuvent à nouveau avoir lieu dans les locaux.
Les concerts et autres événements peuvent à nouveau avoir lieu dans les locaux. — F. ROUX / PLEINS TITRES

Après s'être battue pendant des mois pour conserver la gestion de l‘Espace vie étudiante EVE, voilà que l'association Eponyme est elle-même menacée par une lutte intestine. La guerre s'est déclarée le 23 avril lors d'une assemblée générale extraordinaire convoquée, comme le prévoient les statuts, par un tiers des administrateurs. Insatisfaits de la gestion du bureau en place, ces derniers en ont fait élire un nouveau et fait voter la candidature d'Eponyme à la DSP proposée par le Pres pour la gestion d'EVE. Des décisions contestées par « l'ancien » bureau, qui juge son successeur illégitime. « Eponyme est beaucoup trop instable pour signer un nouveau contrat de quatre ans, estime Jérôme Cuccarollo, “ancien” secrétaire général. C'est pourquoi l'association ne sera pas candidate à sa propre succession, préférant aider le futur délégataire. » C'est un « sabordage », dénoncent les « nouveaux », qui se disent soutenus par une large majorité des adhérents.

La justice saisie

Les « anciens », détenteurs des clés du bâtiment avaient, décidé, le 24 avril, de le fermer avant de le rouvrir mercredi. « Après avoir obtenu le soutien de l'université », affirme Jérôme Cuccarollo. « Parce que nous avons saisi un huissier », corrige Alexandre Lamothe, « nouveau » co-président qui évoque des enjeux politiques. La direction départementale de la cohésion sociale, auprès de qui ont été déposés deux bureaux et deux jeux de statuts, a saisi la justice pour les départager.

Un lieu, du personnel et du matériel

EVE est un lieu d'animation, une salle de concert, un bar et des locaux accueillant plusieurs associations partenaires. Une dizaine de personnes y travaillent, dont les serveurs du bar. EVE abrite aussi pour quelque 100000€ de matériel, notamment de concert que le « nouveau » bureau d'Eponyme a souhaité conserver au sein de l'association.