Le vote par procuration ne connaît pas l'abstention

Manuel Pavard

— 

Le choix du mandataire est libre.
Le choix du mandataire est libre. — DR

A moins de deux semaines du 1er tour de l'élection présidentielle, les demandes de procuration connaissent un coup d'accélérateur à Grenoble. « Jusqu'à la semaine dernière, on en traitait une quinzaine chaque jour, mais on est passé depuis à plus de 100 personnes par jour, indique une responsable du service procuration de vote au tribunal d'instance. Aujourd'hui (mardi), c'était la journée la pire. » Même constat à l'Hôtel de police : « On a déjà reçu près de 4000 demandes, soit un peu plus qu'en 2007 », précise Jean-Paul Pecquet, directeur départemental de la sécurité publique.

Vacances scolaires
Le tribunal d'instance avait aussi enregistré en 2007 « beaucoup de formulaires : 2 700 au total, présidentielle et législatives confondues. Pour l'instant, on en est à 700, chiffre qui va vraiment gonfler avec le rush des derniers jours. » Raisons invoquées : le grand nombre d'étudiants, souvent exilés et donc intéressés par une procuration, et le calendrier, le 1er tour tombant pendant les vacances de Pâques. « On doit rentrer de vacances le 22 avril et on a fait une procuration, expliquent Julien et Caroline, couple de trentenaires grenoblois. On est allé il y a quinze jours au commissariat. Ça s'est passé vite et aucune justification n'est exigée. » Une tâche qu'ils ont confiée à un couple d'amis. « On a confiance en eux et ils votent à peu près comme nous. On voulait surtout demander à quelqu'un du ‘‘même bord'' : trop peur d'être trahi sinon... »

Mode d'emploi

La procuration se fait à l'Hôtel de police, dans un commissariat de quartier ou une gendarmerie, ou au tribunal d'instance. Mandant et mandataire doivent être inscrits dans la même commune. Compter 3 jours, le temps que la procuration arrive à la mairie.