Les Polices municipale et nationale partenaires

Manuel Pavard

— 

La police nationale en action.
La police nationale en action. — B. Pavan / Pleins Titres / 20 MInutes

«J'ai demandé à la police nationale et à la police municipale de travailler en commun et non en parallèle. » C'est ainsi que le préfet Eric Le Douaron définit l'esprit de la convention de coordination signée hier par la ville et la préfecture. « La tranquillité publique est une compétence partagée entre l'Etat et la commune, rappelle Michel Destot. Cette convention définit les missions de chacun. » Décryptage.

Vidéo-surveillance. « La police nationale disposera d'un renvoi d'images permanent, en provenance des écrans du Centre opérationnel de commandement et de supervision (COCS) (créé fin 2011 au sein de la municipale, il contrôle les 49 caméras grenobloises) », explique le préfet. Les enregistrements ne seront cependant stockés que dans les locaux de la police municipale.
Communication. Un poste radio est fourni par la ville à l'officier de PJ de permanence pour communiquer avec les policiers municipaux sur le terrain. « Cela facilite le compte rendu des PV », souligne Jean-Paul Pecquet, DDSP. Par ailleurs, en cas d'événement grave, une information immédiate sera donnée par la police nationale au COCS.

Réunions régulières. Commissaire et chef de la police municipale se réunissent au moins une fois par mois pour échanger toutes les informations utiles.

Missions communes. Les deux polices travaillent en commun pour la sécurité routière et les services d'ordre.

La vidéo s'étend

En Isère, 21 dossiers de vidéo-surveillance déposés par des communes ont été labellisés par la préfecture. « Une vingtaine d'autres sont en attente », selon le préfet, qui précise que « beaucoup de petites communes rurales en font la demande. »