Gros risque d'avalanche cette semaine

Manuel Pavard

— 

Des plaques instables, formées sur des couches fragiles, peuvent partir au passage de skieurs.
Des plaques instables, formées sur des couches fragiles, peuvent partir au passage de skieurs. — A. PRUDOR / ANENA

La prudence est plus que jamais de mise sur les pistes après les trois déclenchements d'avalanche survenus vendredi en Isère. Deux skieurs de randonnée ont ainsi été emportés par des coulées, respectivement dans les massifs de Belledonne et Chartreuse. Si les jours du premier, polytraumatisé, ne sont pas en danger, le second était hier toujours dans un état critique. Retrouvé enseveli par des randonneurs dans le Grand Som, ce Haut-Savoyard de 41 ans a été héliporté vers le CHU de Grenoble. Inconscient et en sévère hypothermie, il a été placé en soins intensifs. A Corrençon-en-Vercors enfin, une avalanche a fini sa course sur le domaine skiable, ne faisant aucun blessé.

Gare au redoux
« Les longues périodes de froid ont formé en profondeur des couches fragiles, sur lesquelles reposent des plaques qui peuvent partir au passage de skieurs, explique Remy Grand, prévisionniste à Météo France. » Le risque d'avalanche, de niveau 3 (marqué) aujourd'hui, pourrait en outre monter à 4 (fort) et « changer de nature à partir de demain ou mercredi, en raison du radoucissement. Il pourrait y avoir des départs spontanés sur les pentes ensoleillées. Il faudra redoubler de prudence en journée car beaucoup de plaques sont prêtes à partir et risquent d'être déstabilisées par le redoux. » Pour Remy Grand, « la probabilité d'accident augmente avec l'afflux de vacanciers sur les pistes. Mais parfois, il faut savoir ne pas sortir jusqu'à ce que le manteau neigeux se stabilise. »

Quelques conseils de prudence

Remy Grand, prévisionniste à Météo France, conseille « d'éviter les couloirs qui peuvent canaliser les départs d'avalanches. Il faut se méfier des pentes sud ensoleillées mais les couches fragiles sont présentes partout. Les vacanciers peu habitués à la randonnée devraient oublier le hors-piste tant que les pentes ne sont pas purgées. »