année décisive pour La Villeneuve

Chantal Féminier, avec Benoit Pavan

— 

L'année 2012 sera marquée par le coup d'envoi de la grande réhabilitation urbaine de la Villeneuve.
Les premiers travaux de renouvellement urbain s'amorceront en effet cet été avec la démolition du parking silo n° 5, remplacé en 2014 par un nouveau parking de 475 places.
Suivra, à l'automne, l'étape phare de cette opération d'envergure : la démolition partielle du 50 de la galerie de l'Arlequin. « L'opération de relogement est bien amorcée, affirme Hélène Vincent, élue du secteur et, sur les 68 familles concernées, seules trois sont encore en attente d'une solution. La plupart ont souhaité rester dans le quartier, ce qui est encourageant. »

Organiser la mixité
Cette brèche, controversée (voir l'article ci-dessous) dans la galerie de L'Arlequin doit permettre de « rompre la barrière qui isole ce quartier stigmatisé il y a deux ans par le discours de Nicolas Sarkozy », commentent de leur côté le maire Michel Destot et le premier adjoint Jérôme Safar. Pour ce dernier, il s'agit « d'ouvrir La Villeneuve sur la ville en organisant la mixité pour éviter les ghettos. L'attente est très forte ». Et pour cause, cela fait près de dix ans que la rénovation est annoncée. Et même si « la transformation de l'avenue de Constantine est sur le point d'être achevée », comme le rappelle Hélène Vincent, les 13 000 habitants de La Villeneuve devront attendre 2013 pour la démolition des autres silos (3 et 4), 2015 pour la construction d'un nouveau centre sportif.
Mais 2012 verra tout de même la réalisation de plusieurs études sur la transformation du 40, galerie de L'Arlequin (ajout d'ascenseurs, hall, isolation thermique), l'aménagement des espaces publics (entrée du quartier, place du Marché…) ou encore la création d'espaces jeunesse et petite enfance et d'une salle de prière.

Question d'attractivité commerciale

Attirer les commerçants est déterminant pour le quartier. « La place du Marché, qui n'est pas une zone de flux, n'est pas attractive, estime Hélène Vincent, et les commerçants qui subsistent gagneraient à se rapprocher du tram. Mais pas avant d'avoir une solution d'aménagement pour la place. »