Des élèves en souffrance

Florence Roux

— 

A la rentrée 2012, l'académie de Grenoble disposera de 18 plates-formes d'appui aux jeunes en décrochage scolaire, dont six en Isère. Objectif : « Mieux les repérer et mieux les suivre. Nous souhaitons trouver des solutions pour chaque élève. », explique le recteur Olivier Audéoud. Selon ce dernier, 1 200 élèves de l'académie sont déjà aidés chaque année par l'un des 50 agents de la mission générale d'insertion (MGI).

800 élèves ne sont pas venus
Alexis Torchet, secrétaire d'académie au Sgen-CFDT, estime au contraire que les suppressions de postes prévues pour septembre vont « à l'encontre d'une individualisation des parcours. Dans le premier degré, le rectorat prévoit notamment de supprimer 74 postes de Rased. On va donc réaffecter dans des classes traditionnelles des enseignants qui sont spécialisés dans le suivi individuel des élèves en difficulté. On se prive de compétences. » Selon le syndicaliste, 187 suppressions de postes en lycées professionnels pourraient aussi renforcer le décrochage. « Or cette année, 800 jeunes attendus ne se sont pas présentés dans leur formation. Et l'accompagnement individuel, qui devait être renforcé dans la réforme des bacs professionnels, n'a pas été à la hauteur. »

413 postes en moins

Le 1er degré comptera, à la rentrée 2012, 908 élèves de plus et 153 professeurs de moins. Le second degré, lui, comptera 394 élèves et 260 professeurs de moins.