La plate-forme chimique (à dr.) de Pont-de-Claix, un risque Seveso dans la ville.
La plate-forme chimique (à dr.) de Pont-de-Claix, un risque Seveso dans la ville. — ville du Pont-de-Claix

Grenoble

100 millions pour la sécurité

Risques Après Jarrie, Pont-de-Claix fait l'objet d'un important PPRT

Pur le maire PS du Pont-de-Claix, Christophe Ferrari, l'équation est simple : « Si on applique aujourd'hui le périmètre de sécurité à la lettre, toute la population de la ville disparaît ! » Autrement dit, la mise en œuvre de la loi « post-AZF » de 2003 autour du site à haut risque que représente la plate-forme chimique du Pont-de-Claix (Perstorp, Isochem), nécessiterait l'expropriation de la plupart des 11 6 000 habitants de la commune. Sans parler de ceux des villes voisines..

Libérer l'urbanisme
C'est dire si le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) présenté hier par le préfet de l'Isère Eric Le Douaron, est attendu. « Le périmètre actuel représente un rayon de 3 500 m, explique ce dernier. Le but du plan est de réduire le risque à la source pour limiter ce rayon à 1 000 m et réduire ainsi considérablement le nombre des expropriations »
100 millions d'euros seront donc investis dans des travaux de modernisation (unité d'électrolyse, circulations du chlore…), dont 60 % pris en charge par l'entreprise et 40 % par l'Etat (25,32 millions d'euros), la Métro (6 millions) et la région Rhône-Alpes (3,5 millions) ». Une somme bien inférieure, selon Christophe Ferrari, à celle qu'auraient nécessitée les expropriations : « De l'ordre de 500 millions ». Pour le préfet comme pour le maire, l'impact sera énorme : non seulement le PPRT permettra d'améliorer la sécurité des populations, mais il va libérer l'urbanisme. « Pont-de-Claix va changer comme jamais depuis un demi-siècle. Nous allons pouvoir construire des logements, réaliser de grands équipements publics, une gare multimodale, un planétarium… »
Quant à l'emploi (1 200 salariés sur la plate-forme dont plus de la moitié chez Perstorp), il serait lui aussi bénéficiaire : « Compte tenu des contraintes, les entreprises risquaient de partir. » affirme le préfet. Ce technicien de Perstorp qui voit depuis 30 ans son entreprise se réduire, est plus sceptique : « J'ai peur que les changements de technologie ne réduisent encore les postes. »

Calendrier

« Arrêté le 21 décembre dernier, le PPRT va faire l'objet d'une procédure administrative (réunions publiques, enquête, arrêtés de cartographie…) jusqu'à la mi-2013, explique le maire du Pont-de-Claix. Dans le même temps, nous allons réaliser notre Plan local d'urbanisme. Il faudra attendre la fin de la prescription (fin 2013, début 2014) pour lancer les travaux. »