Pluie de stars en gare de Grenoble

Manuel Pavard

— 

are de Grenoble, hier, 12 h 40. Un parterre de journalistes et de curieux attend impatiemment sur le quai A le TGV en provenance de Paris. A l'intérieur, une flopée de stars du cinéma, dont l'arrivée à Grenoble donne traditionnellement le coup d'envoi du festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez. A l'entrée du train en gare, c'est la cohue ! Premiers à descendre, Muriel Robin, Virginie Efira, Gilles Lellouche et Jean-Paul Rouve, sont assaillis de micros, flashs et caméras. « Ce festival part sous de très mauvais augures », lance, faussement contrarié, l'ex-Robin des Bois, planche de snowboard sous le bras.

Ras-le-bol du AAA
Président du jury, Gilles Lellouche donne le ton : « Il faut arrêter de parler du triple A et de la crise, qui sont omniprésents. La comédie est un genre majeur, pas qu'un remède. » Un remède, peut-être pas, mais les comédiens invités au festival ont bien l'intention de profiter de leur séjour isérois. « Mon programme ? Motoneige, fondue et ski, affirme Franck Dubosc, à l'affiche de Plan de table, ce soir, en ouverture. Et il y a mon film, mais je ne l'ai pas encore vu ! » Virginie Efira n'est pas en reste non plus : « J'ai l'impression de partir en voyage scolaire. » Plus loin, on a juste le temps d'apercevoir Audrey Lamy, Elsa Zylberstein et Alice Taglioni. Les stars s'engouffrent dans des taxis, direction l'Alpe d'Huez. Il est 13 h, la scène aura duré 20 minutes.