Plus de 10 000 interventions en soirée

Manuel Pavard

— 

Après l'expérimentation vient l'heure des bilans. Hier, la majorité municipale - Michel Destot et Jérôme Safar en tête -, assistée du préfet et du directeur départemental de la sécurité publique, a présenté ses actions en matière de tranquillité et sécurité publiques. « Sans nier le sentiment d'insécurité pouvant régner dans certains quartiers », le maire de Grenoble s'est félicité d'une « tendance à la baisse de la délinquance » due en grande partie, selon lui, aux initiatives de la ville. Parmi elles, la création, le 1er septembre 2010, d'une équipe de soirée de la police municipale. Composée de 16 agents, celle-ci patrouille de 16 h 30 à minuit de novembre à mars, et de 18 h 30 à 2 h en été, dans les secteurs de l'hyper-centre, de la gare, et dans une zone allant de Berriat aux Grands Boulevards.

Les nuisances sonores en tête
« Cette brigade a réalisé 10 806 interventions en 2011, soit 40 par soir, le plus souvent à la demande des habitants, a précisé Jérôme Safar, 1er adjoint à la sécurité. Une grosse partie d'entre elles a concerné les nuisances sonores (1 920 interventions, soit 20 % du total), davantage d'ailleurs chez des particuliers, pour des troubles de voisinage, que dans des cafés, ce qui nous a surpris. En général, l'accueil a été plutôt bon avec seulement 43 rapports de contravention. Le reste se répartit entre dépassements de terrasses (516 interventions), actions auprès des populations en errance (609) et patrouilles dans les parcs et jardins (plus de 700). » Enfin, Jérôme Safar a livré quelques pistes à l'étude pour l'avenir, comme « la possible extension du périmètre d'action de l'équipe de nuit aux zones intermédiaires. »

Convention entre les deux polices

Le Conseil local de sécurité et de la prévention de la délinquance a confirmé, en décembre dernier, le partenariat, sous forme de convention, entre polices nationale et municipale. Il vise notamment à sécuriser les zones commerciales les jours de forte affluence.