Un cadeau nommé liberté

Manuel Pavard

— 

Libérés jeudi après plus de trois semaines de détention au centre de rétention administrative (CRA) de Lyon Saint-Exupéry, les parents Ajredinovski-Todorova et leurs trois enfants ont pu passer le réveillon en famille. Un « cadeau de Noël » quasi inespéré, après « deux tentatives d'embarquement annulées in extremis, comme l'explique Thibaut Michoux de RESF (Réseau Education sans frontières) : la première fois grâce à la grève des agents de sécurité, puis, pour la mère, à la suite, semble-t-il, d'un ordre venu directement du ministère. Avec la médiatisation, il devenait difficile pour le gouvernement d'assumer la séparation d'une famille à Noël. »

« Une victoire en demi-teinte »
Expulsée, début décembre, d'un squat rue Germain, la famille avait été conduite au CRA. Ils étaient menacés de renvoi dans des pays différents : le père, macédonien, au Danemark avec ses enfants, et la mère en Bulgarie. Selon Marion Avrillier (RESF), qui les a rencontrés à Lyon, « ils ont tenu le coup en étant solidaires mais c'était très dur pour les enfants, confrontés à des adultes qui allaient mal, à des bagarres. » Yvon Sellier, de la Patate Chaude, « salue une victoire de la mobilisation, mais une victoire en demi-teinte : leur situation n'a pas changé, ils restent expulsables. »

retour à l'école

L'aîné était scolarisé au collège Gérard-Philipe à Fontaine et les deux plus petits à l'école Jules-Ferry à Grenoble. Ils pourront retourner en cours dès demain.