Des réunions de travail pour l'avenir d'EVE

Benoit Pavan

— 

Une pétition contre l'abandon de la gestion étudiante a déjà recueilli 1 400 signatures.
Une pétition contre l'abandon de la gestion étudiante a déjà recueilli 1 400 signatures. — B.Pavan / Pleins Titres / 20 Minutes

A la demande du Pres université de Grenoble (Pôle de recherche et d'enseignement scientifique), qui s'est donné jusqu'en février pour arrêter sa décision, un groupe de travail planche depuis deux semaines sur les conditions d'une gestion tripartite de l'Espace vie étudiante (EVE). Un modèle au sein duquel les étudiants n'auraient alors à charge que la seule animation du lieu. Les premières conclusions seront présentées ce jeudi lors d'une réunion de la Commission vie étudiante. Mais « deux nouvelles réunions sont programmées en janvier car nous n'avons pas suffisamment avancé sur la question », précise Laurence Garino-Abel, responsable de la mission d'étude.

« Plus de marge

de négociation »
Du côté de l'association Eponyme, qui gère EVE en délégation de service public depuis 2004, on ne cache pas son inquiétude. « Il n'y a plus aucune marge de négociation. La démarche du Pres n'admet qu'un seul axe de construction. On ne peut pas remettre en question aussi vite un projet construit en 8 ans », déplore Hayat Loukili, présidente d'Eponyme. « Le Pres ne remet pas en cause le bilan d'Eponyme, répond Laurence Garino-Abel. Il s'interroge simplement sur l'adéquation entre le modèle économique d'EVE et la taille financière acquise par la structure. Les étudiants y conserveront un rôle très actif ». Hier, le comité d'usagers « Soutenir Eve » s'est invité au conseil d'administration du Pres. Il a promis de poursuivre ses actions.

Une gestion tripartite

Le projet à l'étude prévoit une gestion en trois parties. La gestion du café serait déléguée au Crous ou à une entreprise privée. Le Pres université Grenoble gérerait les ressources humaines. Seule l'animation du lieu serait confiée aux étudiants. « Cela transformerait EVE en coquille vide », estime le comité d'usagers.