500 foyers pour essayer « Linky »

Véronique Vigne-Lepage

— 

Plusieurs foyers testeront le compteur « intelligent » Linky dans l'écoquartier de Bonne.
Plusieurs foyers testeront le compteur « intelligent » Linky dans l'écoquartier de Bonne. — J. LEMANISSIER / PLEINS TIRES / 20 MINUTES

EG (Gaz et électricité de Grenoble) « recrute » actuellement 500 foyers de la ZAC de Bonne et de la Presqu'île, pour tester des « smart grids », réseaux intelligents de gestion de l'énergie. GEG est, en effet, membre du consortium GreenLys, associant ERDF, Schneider Electrique, GDF-Suez et Grenoble INP, qui vient de lancer la phase concrète de cette expérimentation prévue sur 4 ans à Grenoble et à Lyon. Informés au cours de réunions organisées en octobre, de premiers Grenoblois se sont inscrits. C'est le cas de Mélanie Delample, une résidente du quartier Foch, proche de celui de Bonne : « Comme j'habite dans un immeuble ancien, GEG va pouvoir comparer mes consommations avec celles des habitants des constructions de Bonne, plus passives », explique la jeune femme, motivée par un but « écologique : il n'y a pas d'intérêt économique à participer à ce test. Cela doit permettre à terme de proposer un nouveau mode d'emploi de l'électricité ».

Incitations tarifaires
Les promoteurs de GreenLys promettent pourtant 100 € de réduction sur leur facture aux cent premiers testeurs inscrits et veulent prouver que ces « smart grids » réduisent à la fois les émissions de CO2 et la consommation. Comment ? En apportant plus de flexibilité et de sécurité à des réseaux électriques qui reçoivent désormais aussi des productions d'origine renouvelable décentralisées, intermittentes et imprévisibles.
Chaque foyer testeur va être équipé d'un compteur Linky, dit « intelligent », ainsi que d'une « box » de gestion de l'énergie : celle-ci, reliée à des capteurs, coupera un moment tel appareil, chauffera l'appartement avant le pic du soir… Elle transmettra en temps réel les données (température, consommation par appareil…) au central, qui pourra, lui, envoyer, des incitations tarifaires pour que le client change ses comportements. Un aspect sociologique important, que suivra le laboratoire grenoblois d'économie de la production CNRS-Lepii.