PaxiTech fabrique des piles marchant à l'hydrogène

Paul Turenne

— 

La pile à combustible est alimentée par un aérosol d'hydrogène ultraléger.
La pile à combustible est alimentée par un aérosol d'hydrogène ultraléger. — P.Turenne / Pleins Titres / 20 Minutes

Qu'est-ce qui est présent partout, recyclable à l'infini et qui permet de produire de l'électricité ? Réponse : l'hydrogène. Un gaz dont les capacités et le potentiel n'ont pas échappé à Renaut Mosdale, PDG de PaxiTech. La société, installée à Echirolles et fondée en 2003 à partir d'un essaimage du CEA, est sur le point de commercialiser une petite pile à combustible fonctionnant par respiration à partir de l'oxygène de l'air. « Nous faisons partie du projet de R & D HyCan qui vise à développer de nouveaux types de mini-stockage hydrogène destinés à alimenter des piles à combustibles portables », précise-t-il. En clair, des aérosols d'une pression interne de 12 bars, comme ceux de mousse à raser par exemple, sont remplis d'hydrogène. Ces recharges peuvent ensuite être reliées, via un microdétendeur, à une pile en combustible qui produit un courant électrique sans autre apport que l'air ambiant.

Technologie écologique
En montagne, cette technologie est particulièrement adaptée car contrairement aux batteries traditionnelles, les performances restent constantes même avec une température très basse. « Une centaine de grammes d'hydrogène transporté dans un petit sac à dos permet ainsi d'alimenter une lampe frontale très puissante pendant 4 à 5 heures, affirme Renaut Mosdale. Autre avantage de ces piles à combustible nouvelle génération : elles ne comportent que des éléments très répandus et peu chers, à l'exception du platine, recyclable à des taux supérieurs à 95 %.
Et la société, associée à d'autres acteurs, planche déjà sur la deuxième génération qui permettra de gagner en capacité de stockage avec des hydrures. « Les particuliers pourront même recharger eux-mêmes leur hydrogène grâce à un catalyseur portable ! »