Cinq jeunes jugés pour un lynchage

Manuel Pavard

— 

Martin a repris bon gré mal gré le cours de sa vie. Pourtant, les séquelles sont là : une invalidité à 27 % et une scène qu'il dit revivre tous les jours. Le 9 avril 2010, ce géographe de 24 ans a en effet frôlé la mort. Admis dans un état critique au CHU de Grenoble, avec un poumon perforé et de multiples lésions, le jeune homme n'avait été sauvé qu'après deux lourdes interventions chirurgicales. Son tort ? S'être trouvé là au mauvais moment. Poignardé et passé à tabac en pleine rue par une dizaine de jeunes. Un lynchage qui avait provoqué une vive émotion à l'époque. Le procès de cinq des agresseurs s'est ouvert hier après-midi devant le tribunal correctionnel de Grenoble. Les cinq autres, mineurs au moment des faits, comparaîtront devant le tribunal pour enfants.

Sept ans encourus
Ce soir-là, vers 23 heures, Martin descend du tram à Hubert-Dubedout avec trois amis. Ils sont pris à partie par un groupe d'une dizaine de jeunes expulsés du même tram. Très vite, les insultes fusent, les coups aussi. Motif de la dispute : une cigarette que la petite amie de Martin aurait refusée à l'un des jeunes. Après cette première bagarre, le petit groupe s'éloigne en direction de la place Grenette, où il est rattrapé. Là, Martin se fait littéralement tabasser. À terre, il est roué de coups de poing et de pied et reçoit deux coups de couteau. Les agresseurs s'enfuient vers le jardin de ville. Ils seront confondus par les caméras du tram, qui filment l'un des prévenus nettoyant sa lame.
À la barre, les accusés reviennent sur cette virée dramatique. « J'avais bu, je ne me rappelle pas de toute l'altercation, répète l'un d'entre eux. Au début, je voulais les séparer, finalement j'ai donné un coup de pied. » Tous invoquent « l'alcool et l'effet de groupe » mais ne semblent pas réaliser pleinement la gravité des faits. « Comment qualifieriez-vous votre acte ? », demande la juge. « C'est lâche » finit par dire un prévenu. Récidivistes et poursuivis pour violence aggravée et en réunion, les cinq majeurs encourent une peine de sept ans de prison.