L'inquiétude des parents étrangers

Véronique Vigne-Lepage

— 

Des banderoles, un café, un goûter : avec ses moyens, l'association de parents d'élèves de l'école de la Houille Blanche, à Grenoble, a manifesté, toute la journée d'hier, contre la fermeture d'une classe. Selon Holger Klein, chercheur allemand au CNRS, membre du bureau, cela serait dû à « une diminution du nombre de places en section internationale d'anglais et un maintien en section d'allemand ». Des sections qui accueillent les enfants de cadres d'entreprises internationales ou de chercheurs de l'Institut Laue Langevin et du Synchrotron. « Il y aura des doubles niveaux et les enfants arrivant dans l'année n'auront plus de place, s'indigne le papa. Or, dans la convention créant le Synchrotron, la France s'est engagée à mettre à disposition cet accueil spécifique. Paul Bron, adjoint au maire chargé des affaires scolaires, est venu soutenir l'association : « Grenoble accueille beaucoup d'étrangers, cette 15e classe est importante. ».

Affluence d'étrangers
Demain, l'inspection académique étudiera la situation, au vu des effectifs présents depuis lundi. « Nous n'avons jamais accueilli autant d'étrangers : 156 en section anglaise et 117 en allemand, contre 140 et 110 il y a 4 ans, assure Eric Bouteille, inspecteur adjoint. Tous étant présents, plus quelques nouveaux, il est probable que nous annulerons la fermeture. Mais cette classe devrait permettez aussi de rétablir l'équilibre avec la population « classique » du secteur ».

Session de rattrapage

Une commission technique paritaire se réunira demain à l'inspection académique, pour étudier tous les cas d'écoles ayant fait l'objet d'un « retrait éventuel d'emploi », une vingtaine en Isère. Le nombre d'enfants présents à la rentrée permet de calculer le nombre d'élèves par classe. Il doit être « en principe » égal ou supérieur à 27,5.