Gabin, collégien presque ordinaire

— 

Gabin a fait sa rentrée hier au collège.
Gabin a fait sa rentrée hier au collège. — DR

On peut être atteint du syndrome Gilles de la Tourette (SGT) et suivre une scolarité classique : Gabin, rentré hier en 6e au collège Vercors, à Grenoble, en est la preuve. Comme d'autres, il était « stressé avant, puis plus du tout une fois sur place ». Mais lui, est accompagné d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) – le même qu'en CM2, « par chance », commente son beau-père, Stéphane Fantini – et dispose d'un ordinateur portable pour pallier ses problèmes de dyspraxie. A cela s'ajoutent les tics moteurs et oraux (la langue qui sort, un reniflement, un déhanchement…) symptômes de son trouble neurologique. Des différences que ses parents – qui projettent de créer un relais en Isère de l'association France Tourette - vont expliquer aux professeurs, lors d'une réunion prévue dans le cadre d'un projet spécialisé de scolarisation. Des dispenses pourront aussi être organisées en mathématiques, en arts plastiques ou en sport. « La prof principale a dit qu'elle en parlerait en classe ensuite », raconte Gabin, déjà rassuré d'avoir retrouvé un copain de primaire.
Véronique Vigne-Lepage