« rien ne laissait prévoir un tel drame »

Chantal Féminier

— 

Au 28 de la rue Ampère, à Grenoble, certains habitants ont appris hier par la radio la mort en Corse des quatre membres de la famille Saada, occupants d'un F4 au 4e étage (voir ci-dessous), d'autres étaient informés depuis la veille au soir. Tous ont reçu la nouvelle comme « une histoire atroce », selon les mots de cette voisine du 5e qui, pourtant, ne connaissait pas la famille. Ce n'est pas le cas de José Aguero, membre du syndic qui ne parvient pas à s'expliquer le geste supposé du père de famille : « Tout le monde me pose la question, mais vraiment rien ne laissait prévoir un tel drame. Pierre et Claire, les deux enfants allaient à l'école d'en face. Nous avions de très bons rapports avec leurs parents qui étaient depuis au moins quinze ans dans l'immeuble. Des gens très gentils, très sociables. »

« Un papa poule »
Certes, le parquet de Bastia évoque « un homme très dépressif ». José Aguero, lui, parle d'un « papa poule, qui s'occupait beaucoup de ses enfants ». Cet homme de 50 ans avait récemment quitté, selon lui, le secteur de l'informatique pour se lancer dans le BTP : « Il faisait des travaux de peinture. C'est lui qui avait d'ailleurs rénové leur bel appartement. Son épouse Corinne était secrétaire au CHU de Grenoble ».
Si Stéphane Saada avait, selon le procureur de Bastia « des difficultés personnelles et professionnelles », il n'en laissait rien paraître, affirme M. Aguero qui cite les deux voitures du couple et une résidence secondaire dans le Vercors.
C'est aussi l'avis de Jean-Claude Amiot voisin de palier de la famille : « Le père était souriant. On se croisait : bonjour, tu vas bien ? Rien ne pouvais présager un tel massacre ! » Aujourd'hui, toute la copropriété est choquée. « Si les funérailles ont lieu à Grenoble, c'est sûr, on s'y retrouvera tous », promet José Aguero.

A L'école d'en face

Les deux enfants du couple, Claire, 12 ans et Pierre, 10 ans, étaient scolarisés l'an dernier, selon les voisins, à l'école Ampère, située juste en face de la résidence où vivait la famille.La petite fille aurait dû intégrer cette année le collège.