Grenoble

Grenoble va tester les réseaux intelligents

Électricité 500 foyers participeront à partir de fin 2011 à l'expérimentation

Le consortium conduit par ERDF pour l'expérimentation, notamment à Grenoble, de réseaux électriques intelligents « GreenLys » vient de recevoir l'accord du Premier ministre. Ce projet de près de 40 millions d'euros d'investissements sur 4 ans, avait déjà été validé par l'Ademe. Le feu vert gouvernemental permettra aux membres du consortium (ERDF, GDF Suez, Schneider Electric, Gaz Electricité de Grenoble et Grenoble INP) de lancer fin 2011 les tests prévus à Grenoble et à Lyon.

Limiter les temps de coupure
Dans chacune de ces villes, un « PC » de pilotage des réseaux sera relié à 500 foyers (et à 20 sites professionnels (bureaux, magasins…), équipés, pour ce faire, du nouveau compteur Linky. L'objectif de GreenLys est « d'injecter progressivement de l'intelligence dans la gestion du réseau électrique, explique-t-on chez ERDF, pour améliorer sa réactivité et limiter les temps de coupure ». Actuellement, des télécommandes permettent déjà d'isoler et de réalimenter à distance des portions de réseau. Mais « GreenLys » permettra, simultanément et toujours à distance, de faire fonctionner les centrales de production électrique à forte puissance, de développer la production d'énergie renouvelable décentralisée (éolien, photovoltaïque), de proposer aux clients des solutions de gestion de l'énergie, d'en stocker, de recharger des véhicules électriques… Cette expérimentation vise, d'ici à 2015, à évaluer la diminution des coûts et des émissions de CO2 permise par ces réseaux.

Smartgrids

Les réseaux intelligents (ou smartgrids) doivent permettre à ERDF de s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs et aux nouveaux usages en matière d'énergie (pompes à chaleur, voitures électriques…), qui exigent plus de souplesse.