Vers la fin des ondes de la discorde

Benoit Pavan

— 

Un premier démontage avait été opéré en 2009 allée des Frênes
Un premier démontage avait été opéré en 2009 allée des Frênes — B.PAVAN / PLEINS TITRES

C'est peut-être la dernière manche d'un combat vieux de plus de dix ans, amorcé par un collectif d'habitants de la Villeneuve, qui est sur le point de s'achever dans le quartier. Le démantèlement de l'ultime série d'antennes-relais située au 50, place des Géants, pourrait « en principe » avoir lieu « cet été », a confirmé Gildas Laeron, conseiller municipal de la ville de Grenoble délégué aux nouvelles technologies.
Aucune date précise n'a pour l'heure été arrêtée, l'aboutissement des discussions entre l'opérateur Bouygues, le bailleur et la mairie, n'ayant pas été officiellement annoncé. Mais l'affaire serait, à en croire l'ensemble des protagonistes impliqués dans le dossier, « en bonne voie ». « Nous gagnons un an car le bail signé par Bouygues s'achevait en 2012, ajoute l'élu. Le début de l'opération de démantèlement dépendra de l'avancée d'autres travaux… ».

Déplacées sur le toit
d'un hôtel
Allusion à un chantier de restructuration qui a débuté dans un hôtel situé non loin du centre commercial Grand'Place, au sud de la Villeneuve. C'est sur le toit de cet établissement que devraient être transférées les antennes-relais de la place des Géants, ainsi que celles de « deux autres opérateurs », ajoute Gildas Laeron.
« Au départ, l'hypothèse a été de les déplacer au sommet du bâtiment de la Bourse du travail. Mais les habitants vivant à proximité se sont montés en collectif pour bloquer l'opération », explique René de Ceglié, membre du collectif Antennes-Villeneuve, qui s'est régulièrement battu depuis 2007 contre la proximité de ces antennes avec les habitations, les écoles et les crèche du quartier. Au total, neuf antennes de téléphonie mobile avaient été installées en 2000, à deux endroits différents de la Villeneuve.
Le collectif se dit satisfait de la tournure que prend la bataille, mais se demande si « le problème n'a finalement pas été déplacé ailleurs ». « Quel type d'antenne va être posé sur cet hôtel ? Les émissions ne vont-elles pas être plus fortes ? s'interroge René de Ceglié. Nous devons rester vigilants. Le combat continue ».