La petite asso devenue grande

Manuel Pavard

— 

Hadra soufflera en septembre sa 10e bougie. Les chiffres du 5e Hadra Trance Festival, qui débute ce soir à Lans-en-Vercors, suffisent à mesurer le chemin parcouru en 10 ans par l'association grenobloise : plus de 10 000 festivaliers attendus, une centaine de DJ, 280 bénévoles… Petit coup d'œil dans le rétroviseur : à la fin de l'été 2001, quatre copains passionnés de trance décident, au retour d'un festival en Zambie, de fonder une association pour promouvoir la musique pystrance. Hadra est créé le 3 septembre et organise, de 2001 à 2004, des soirées de 300 à 400 personnes dans la région grenobloise.

25 artistes sur le label
Très vite, le succès aidant, les projets pullulent. « En 2004, nous avons monté le label Hadra Records, qui produit aujourd'hui 25 artistes dans le monde, explique Benoît, chargé de développement. Puis, en 2005, vient le volet formation, appelé Trancemission : des cours de mix ou de MAO (musique assistée par ordinateur) donnés aux jeunes de quartiers difficiles. » Ne manquait plus qu'une vitrine d'envergure à l'association. Ce sera le Hadra Trance Festival, lancé en 2005 à Chorges (05). « On a eu du mal à convaincre les pouvoirs publics mais après moult délocalisations (Pontcharra en 2008) et annulations, comme en 2007, on a trouvé le lieu idéal à Lans. » Aujourd'hui, Hadra a deux salariés, 30 bénévoles, et des rêves plein la tête.