Zéro nuisances sonores sur le dancefloor

Benoit Pavan

— 

8 000 casques avaient été réservés par la municipalité pour cette soirée musicale.
8 000 casques avaient été réservés par la municipalité pour cette soirée musicale. — B. Pavan / Pleins Titres

Certains en ont profité pour roucouler en musique à la belle étoile, emmitouflés sur le gazon, cessant leurs gazouillis pour balancer frénétiquement la tête lorsque les beats se faisaient plus pressants. D'autres au contraire, ont délaissé le dancefloor des boîtes de nuit grenobloises pour venir se déhancher entre amis au grand air, sous les projecteurs virevoltants. Mais toute la nuit, tous ont affiché un seul et unique point commun. Un casque vissé sur la tête, symbole d'un concept d'un genre nouveau : la discothèque silencieuse. Samedi soir, le parc Paul-Mistral s'est comme prévu transformé en une immense boîte de nuit découverte, au détail près que le son des DJ qui se sont relayés jusqu'à 3 h du matin ne s'en est jamais échappé. Aucune nuisance donc, sauf peut-être pour les badauds en balade dont les tympans ont dû grincer lorsque certains participants, emportés par une programmation plus populaire, ont poussé la chansonnette.

Bulle musiciale
Etrange et agréable sensation que celle de partager, des écouteurs sur la tête, la même musique qu'une foule d'anonymes. Puis de constater, après les avoir ôtés, que ces mêmes inconnus se trémoussent avec pour unique fond sonore le chant des oiseaux, offrant une chorégraphie étonnante. « Nous sommes chacun dans une bulle musicale qui s'entrechoque avec beaucoup d'autres, conclut Jérôme. Lorsqu'elle éclate, tout devient complètement irréel ! ».

Paul-Mistral, terrain de jeux de l'été

L'été au parc Paul-Mistral sera sportif et riche en animations jusqu'au 4 septembre. Ateliers de cirque, BMX, mur d'escalade et accrobranches tous les jours. Découverte de disciplines sportives le samedi. Chaque mercredi, dès 22 h, des projections seront proposées en plein air. Chaque jeudi, place aux concerts, à 18h30.