Milorad Momic sera extradé vers la Croatie

INFO 20MINUTES L'ex-paramilitaire serbe est toujours incarcéré dans la région...

Manuel Pavard

— 

Milorad Momic.
Milorad Momic. — DR

L'avenir de Milorad Momic passe désormais par Zagreb. Toujours incarcéré, en isolement, dans une prison de la région (dont nous taisons le nom à la demande du parquet), l'ex-milicien serbe devrait en effet être extradé prochainement vers la Croatie. Une destination plutôt surprenante, tant Belgrade semblait tenir la corde pour juger l'ancien Scorpion, soupçonné notamment d'avoir participé à l'assassinat de six musulmans bosniaques, à Trnovo (Bosnie-Herzégovine), en juillet 1995.

Deux demandes d'extradition

«La phase judiciaire est terminée, sous réserve d'un éventuel contentieux, précise Pascal Brillet, substitut général auprès de la cour d'appel de Grenoble. Nous avons répondu favorablement aux deux demandes d'extradition, effectuées par la Serbie et la Croatie.» Zagreb accuse en effet Milorad Momic d'avoir perpétré d'autres crimes de guerre à Berak, en Slavonie, en 1991. «La chambre d'instruction a donné la priorité à la justice croate, explique Pascal Brillet, car celle-ci a paru plus intéressée.

Les faits reprochés sont de nature équivalente mais ceux commis en Croatie, sur des victimes croates, ont été privilégiés par rapport à la demande des Serbes, qui concernait des crimes en territoire bosniaque.» L'extradition de l'ancien paramilitaire ne dépend plus maintenant que du gouvernement français. «Elle doit être ordonnée par décret du Premier ministre ou du ministre de la Justice, ce qui devrait prendre quelques mois. On l'attend donc pour cet été ou, plus sûrement, pour la rentrée.»

Alias Guy Monier

Milorad Momic, arrêté le 31 janvier à La Verpillière, y vivait sous le nom de Guy Monier. Marié en 2002 à une Française, il avait été naturalisé grâce à cette union. Sa cavale a pris fin suite aux révélations d'un Bosniaque lors d'un contrôle routier en 2010.