La grève accouche d'un accord

Manuel Pavard

— 

Les sages-femmes de l'Hôpital couple-enfants du CHU de Grenoble ont repris le travail hier, après une journée de grève suivie à près de 95 %. Leur ras-le-bol a en effet été en partie entendu. Elles ont ainsi obtenu, à l'issue de négociations lundi avec la direction, le passage de deux à trois sages-femmes en salle d'accouchement, garanti par le recrutement de deux personnes.

Naissances en hausse
Ce renfort, l'une des premières demandes des grévistes, était devenu indispensable selon Maud Limouzin, sage-femme : « Aujourd'hui, lors des pics d'activité, l'été ou en fin d'année, on peut réaliser de 10 à 12 accouchements en 24 heures, contre 6 à 8 il y a deux ans. Cela monte même parfois à 12 en 12 heures ! » Marc Penaud, directeur général adjoint du CHU, reconnaît d'ailleurs que « ces revendications, légitimes, font suite à une forte hausse d'activité. En deux ans, le nombre d'accouchements a augmenté de 35 %, soit 2 850 naissances en 2010. » Malgré l'accord passé, les sages-femmes restent mobilisées et vigilantes. « Le manque de dialogue social est flagrant avec le chef de service, estime ainsi Maud Limouzin. Et puis, il manque toujours des postes : une infirmière de bloc opératoire, une auxiliaire-puériculture pour le service de grossesses à hauts risques, qui compte une sage-femme pour 20 lits la nuit ! » « Les discussions se poursuivent, répond Marc Penaud, et les moyens donnés au pôle couple-enfants doivent permettre de conforter les conditions de travail. »

L'Hôpital couple-enfants

La maternité a été aménagée il y a deux ans au sein du nouvel hôpital couple-enfants. Inauguré fin 2008, ce pôle, installé sur le site nord du CHU, regroupe, dans un bâtiment de 16 000 m², l'ensemble des activités de gynécologie-obstétrique, pédiatrie, néonatalogie, ainsi que le centre d'interruption volontaire de grossesse.