L'île Verte est toujours en tête des prix

Benoit Pavan

— 

Avec 2766 €/m2, le quartier de L'île Verte reste le plus cher du marché grenoblois.
Avec 2766 €/m2, le quartier de L'île Verte reste le plus cher du marché grenoblois. — B. Pavan / Pleins Titres

La hausse des prix se stabilise et les ventes se normalisent. Si 2009 fut une année noire pour le marché de l'immobilier grenoblois, touché comme beaucoup d'autres en France par un effondrement brutal des ventes malgré une baisse des prix, l'année qui débute confirme le retour à la normale amorcé en 2010, selon la Chambre des notaires de l'Isère, qui a révélé hier ses statistiques de l'année écoulée.
À Grenoble, les experts estiment que la hausse des prix du m2 enregistrée en 2010 dans l'ancien est « contenue » : +3,2 %.
Avec une moyenne de 2 339 € le m2 pour un appartement ancien, Grenoble pointe par ailleurs au 10e rang des villes de province les plus chères de France, loin derrière Nice (3 576 €/m2).
En revanche, la capitale des Alpes effectue un bon significatif dans le classement du marché des biens neufs, et se positionne, avec 3 503 €/m2 en moyenne, à la 3e place derrière Nice (4 967 €/m2) et Lyon (3 820 €/m2).

L'hyper centre convoité
Du côté des quartiers, les chiffres distinguent cette année encore celui de L'île Verte, dont les prix (2 766 €/m2, soit une hausse de 3,5 %) contrastent avec les 1 815 €m2 affichés dans le secteur de la Villeneuve et du Village Olympique (-1,7 %).
L'hyper centre (2 580 €/m2, en hausse de 4,2 %) garde également un certain attrait aux yeux des acquéreurs, puisqu'il totalise 22 % des ventes en 2010.

tram et amélioration thermique

L'arrivée du tramway et l'amélioration thermique des immeubles des Grands Boulevards initiée en 2005 a semble-t-il relancé l'attrait des acheteurs pour le secteur, selon les experts. « Les acquéreurs sont de plus en plus sensibles à l'argument écologique », confirme Me Nallet, de la Chambre des notaires de l'Isère.