La descente de police déjà oubliée

— 

Le quartier Mistral, calme à nouveau.
Le quartier Mistral, calme à nouveau. — B. Pavan / Pleins Titres

Au pied des immeubles comme devant les commerces fréquentés du quartier, les habitants confessent en majorité que l'épisode a fini d'alimenter les conversations. Trois jours après l'opération policière qui a conduit à un total de douze interpellations et à la saisie d'une quantité significative de drogue et d'argent, la vie a repris son cours dans le quartier Mistral. « Par habitude, mais aussi parce que les difficultés du quotidien et la précarité reprennent toujours le dessus. C'est déjà du passé », explique un habitant.
Beaucoup n'ont pas été étonnés de « voir débarquer la police ». Certains accueillent avec satisfaction le « coup dur » porté au trafic de drogue qui touche le quartier. « C'est une très bonne chose. Mistral, c'est un quartier de magouilleurs. Ici, les gens ont l'habitude de voir se dérouler sous leurs yeux des petits trafics en tout genre. Alors quand ce type de descente de police a lieu, ils ne sont pas surpris », confirme un quadragénaire.
En octobre dernier, Mistral avait déjà été le théâtre du démantèlement d'un vaste réseau d'escroquerie et de blanchiment d'argent en bande organisée qui avait mobilisé 400 policiers. L'opération avait débouché sur la mise en garde à vue de vingt-quatre personnes. « Mon angoisse, c'est que des violences comme celles qui ont eu lieu à la Villeneuve cet été se déclenchent un jour dans le quartier, témoigne une mère de famille. Cela ferait du tort à une population qui a déjà du mal à s'en sortir. »Benoit Pavan