Aller simple Des pentes aux urgences

Chantal Féminier

— 

Selon les responsables des stations,  la majorité des accidents ont lieu hors des pistes sécurisées.
Selon les responsables des stations, la majorité des accidents ont lieu hors des pistes sécurisées. — ANGOT / SIPA

Après sept heures de voiture vendredi pour rejoindre L'Alpe d'Huez depuis Lyon, « contre deux pour un week-end normal », Annabel et Guillaume ont profité à fond de leur journée de samedi : « Personne sur les pistes, une super neige et grand beau temps… malgré le froid : -15 °! » lance Annabel. Un peu de glace peut-être ? « Pas trop, observe cette jeune habituée des sports d'hiver, qui passe tous ses week-ends à la station depuis plusieurs années. Quelques passages verglacés, mais sans gravité… » *
Prudents, les jeunes gens redescendront en plaine dimanche après-midi, « parce que le temps s'est couvert et qu'il commence à y avoir beaucoup de monde », laissant derrière eux les vacanciers. Tous n'ont pas eu le même bonheur sur les pistes. « Vendredi, il paraît que deux skieurs sont partis en hélicoptère à Grenoble, avec un problème de colonne vertébrale, poursuit Annabel, observant que « certains n'ont pas toujours une bonne condition physique ni conscience des risques.»

« Les gens vont trop vite »
Aux 7 Laux, c'est la journée de samedi qui fut marquée par deux accidents graves. Une femme d'une cinquantaine d'années a, en effet, chuté d'une barre rocheuse et un jeune homme de 24 ans a atterri sur un rocher. Tous deux, grièvement blessés, ont été transportés à l'Hôpital de La Tronche. « L'un et l'autre faisaient du hors-piste, souligne Jean-François Genevray, directeur général de la station, qui rappelle que « sur les pistes sécurisées, les skieurs sont à l'abri du danger ». Le directeur de ce domaine ouvert à 90 %, qui accueillait hier les hôtes de ses nombreux centres de vacances, invite à la prudence : « Il y a un fond dur, recouvert depuis vendredi d'une couche de poudreuse de 30 cm et les gens vont trop vite… ».
A Chamrousse, où l'on compte nombre de clients à la journée, des étudiants du campus grenoblois notamment, Fabrice Hurth, directeur du développement des remontées mécaniques, n'a pas enregistré pour ce premier week-end de vacances, « plus de blessés que d'habitude : quelques « chevilles », quelques « épaules » ou « poignets », pour les surfers, mais rien de terrible. La semaine dernière seulement, un blessé a nécessité un transfert en hélico…»

« Une activité hivernale moyenne »
Comme ceux des autres stations, il a été dirigé vers le CHU de Grenoble : à l'hôpital sud pour la chirurgie orthotraumatologique, à l'hôpital nord en cas de polytraumatisme. Avec le début des vacances et les chutes en ville dues au verglas, les services connaissent un rythme soutenu. « 51 personnes aux urgences chirurgicales, pour la seule journée de samedi, dit-on au bureau des admissions de l'hôpital nord, on n'a jamais vu autant de monde ! »
« Une activité hivernale moyenne , relativise pourtant Stéphanie Pioch, directeur de garde ce week-end à l'hôpital nord, Ce sera pire en février…