Bilan positif pour l'é.covoiturage

Benoit Pavan
— 
Les offres de conducteurs sont plus importantes que les demandes de passagers.
Les offres de conducteurs sont plus importantes que les demandes de passagers. — B. Pavan / Pleins Titres

   Fin octobre, les premiers résultats de l'expérimentation entre Grenoble et le plateau du Vercors, livrés après un mois de tests, avaient déjà permis de confirmer son bon fonctionnement technique sur le terrain et son « acceptabilité sociale » par les usagers. Mais aussi de pointer, comme frein au dispositif, le faible taux d'équipement de la population en téléphones portables nouvelle génération. 

 Douze mises en relation par jour
Hier, un bilan définitif de l'é.covoiturage, système d'autopartage en temps réel basé sur les fonctionnalités de géolocalisation des smartphones, est venu conforter ces trois tendances. « Les résultats prouvent que le dispositif mérite d'être approfondi. Sur les 10 000 habitants du Vercors, plus de 1 000 ont montré un intérêt pour le système, ce qui constitue un taux intéressant de retour. Nous allons désormais le tester entre Grenoble et le Grésivaudan, et dans le Nord-Isère, entre Bourgoin-Jallieu et Lyon », a indiqué Didier Rambaud, en charge des transports au conseil général de l'Isère. Parmi les principales données recueillies grâce aux 490 volontaires qui ont participé au test, on note « une douzaine de mises en relation journalières effectives » entre conducteurs et passagers, avec des pics d'entrée en relation « entre 7 h 15 et 8 h 15 le matin, et entre 17 h et 18 h 30 l'après-midi. » 

dispositif sécurisé

L'inscription en ligne des conducteurs et passagers, préalable à toute utilisation du dispositif, permet de sécuriser la mise en relation concrète des utilisateurs.