Ethera détecte les polluants chimiques sans coup férir

P.T

— 

Capteurs nano-poreux ultra-performants.
Capteurs nano-poreux ultra-performants. — Ethera

Dans la catégorie « Prévention des pollutions », le prix revient à… Ethera ! Créée, il y a à peine neuf mois, cette entreprise grenobloise vient déjà de recevoir un des cinq Trophées Rhône-Alpes des Eco-Innovations, remis par la Région pour encourager les entreprises les plus innovantes en matière d'environnement. Elle est ainsi récompensée pour avoir conçu un capteur nano-poreux qui permet de mesurer très précisément les pollutions chimiques dans l'air. Celles-ci ne sont en effet parfois pas là où on les attend, certains intérieurs contenant plus de polluants que l'Estacade en pleine heure de pointe ! En cause, les composés organiques volatils et en particulier, le formaldéhyde, émis par les moquettes, les peintures ou bien encore les meubles lamellés collés.
« Nos capteurs nano-poreux permettent de détecter très simplement un polluant avec une concentration de l'ordre d'une dizaine de parties par milliards », précise Sylvain Colomb, responsable marketing. Pour simplifier, cela correspond à détecter 10 microgrammes par litre ! « En présence d'un polluant gazeux, le capteur, initialement transparent, se colore » Si le monde du travail (hôpitaux, industrie papetière, ateliers de peinture…) est concerné en premier lieu, Ethera entend bien à terme élargir son marché. Commercialisation prévue à la mi-2011