Sandrine retrouvéemorte à Meylan

CHantal Féminier

— 

Sandrine avait 42 ans.
Sandrine avait 42 ans. — DR

Elle avait quitté son appartement d'Echirolles le 11 novembre dernier en début d'après-midi, sans papiers, sans argent ni téléphone portable et sa disparition, qualifiée d'inquiétante, avait fait l'objet, trois jours plus tard, d'un appel à témoins diffusé par la gendarmerie d'Eybens. Sandrine Surraccu, 42 ans, a été retrouvée sans vie dans sa voiture, dans la nuit de lundi à mardi par les gendarmes de Meylan : « Son véhicule, seul sur un parking à proximté de l'Espace Chantourne, a attiré l'attention d'une patrouille qui a signalé sa plaque minéralogique au fichier », explique le chef d'escadron Tugdual Vieillard-Baron.

Aucune trace suspecte à l'autopsie
Apprenant le nom de sa propriétaire, les gendarmes ont brisé une vitre de la Citroën Saxo et découvert le corps de la disparue. « Elle était allongée sur la banquette arrière et recouverte de son manteau, donc pas visible de l'extérieur. »
Hier matin, une autopsie a été pratiquée. « Elle n'a révélé aucune trace suspecte, mais des analyses sont en cours pour savoir si elle avait pris des médicaments », poursuit le chef d'escadron, selon lequel la disparue « n'était pas d'une grande stabilité psychologique. Pour l'instant, la thèse du suicide est privilégiée. » Sandrine Surraccu, dont le compagnon est major à la gendarmerie de Saint-Marcellin, avait selon un proche, un fils d'une vingtaine d'années.