à Grenoble, c'est quitte ou double à la pompe

Benoit Pavan

— 

D'un côté, des stations-service quasi désertes et des cuves qui sonnent creux. De l'autre, des enseignes encore approvisionnées aux files d'attente surchargées. Et des pompistes submergés d'appels d'automobilistes hantés par le spectre de la panne sèche. Les mouvements de grève qui bloquent depuis plusieurs jours les raffineries françaises, parmi lesquelles celle de Feyzin, près de Lyon, dont dépendent les dépôts de carburant de l'ensemble des départements rhône-alpins, ont vraisemblablement impacté de manière très disparate les réservoirs grenoblois.

Le bouche-à-oreille a fonctionné
Sur la dizaine de stations-service hors grandes surfaces dénombrées au cœur de la ville, une majorité n'a pas été en mesure, hier, de proposer à ses clients une seule goutte de carburant faute de réapprovisionnement. « Je n'ai pas été livré depuis vendredi et avec l'affluence de clients ce week-end, les cuves de mes six pompes sont vides, témoigne le pompiste de l'enseigne BP installée à deux pas de la place Gustave-Rivet. On nous a toutefois promis une livraison pour ce mardi. J'espère que ce ne sont pas des paroles en l'air ».
Dans le centre-ville, certaines stations-service ont été mieux loties. Avenue Jean-Perrot, la gérante de la station Agip a eu « l'heureuse surprise » d'être livrée à hauteur de 12 000 litres de gazole après cinq jours d'attente. Depuis, elle explique que les coups de fil de clients renseignés par le bouche-à-oreille et désireux de confirmer ce réapprovisionnement n'ont pas cessé.

A sec en deux jours
« Depuis l'annonce des blocages dans les raffineries, poursuit-elle, nous avons triplé le nombre de litres vendus. Avant ce matin, il ne nous restait que 300 litres, soit de quoi tenir quelques heures. Résultat, il a fallu restreindre les ventes à 16 litres par client ». La gérante ajoute: « Vu la vitesse avec laquelle les clients défilent désormais, nous allons être de nouveau à sec d'ici deux jours ».Lire aussi pages 6, 7 et 8

30 stations touchées en Isère

10 % des stations-service recensées en Isère, soit au total une trentaine d'enseignes, sont actuellement touchées par la pénurie d'essence, et en particulier de gasoil, qui touche tout le pays. « Une situation essentiellement causée par un excès de demande plus que par un défaut 'approvisionnement », a expliqué hier la préfecture de l'Isère. En revanche, aucune pénurie à signaler du côté des réservoirs du réseau Transisère, qui fonctionne normalement.