Arkema, une usine chimique… en pleine nature

— 

Un plan d'eau, des castors, pics épeiche et libellules : ce paysage est celui… de l'usine Arkema de Jarrie, soit 60 ha, dont 20 à l'état naturel ou loués à un agriculteur. C'est la révélation d'une étude confiée cet été à Naturama par l'entreprise : « Nous avons caractérisé les habitats selon des critères européens très précis : quantité d'arbres, présence de fleurs ou de telle terre… » explique le directeur de l'association, Christophe Darpheuil. Principale découverte : une zone humide propice aux grenouilles, libellules, chauves-souris, lézards et castors. « Et une grande quantité de gros arbres abattus », poursuit-il. Quant aux criquets et aux fauvettes aquatiques, ils préfèrent sans doute la roselière, voisine. La deuxième étape, un inventaire de certaines espèces, le confirmera. « Arkema prend un risque, car la libellule, par exemple, peut être révélatrice de pollution ». Ce risque, il semble l'accepter, au nom de sa démarche « Terrain d'entente », qui vise à mieux intégrer l'activité de ses sites à leur environnement local. « Naturama doit nous faire des préconisations de gestion de ces milieux », explique Sophie Suc, représentant la direction. Dans la zone industrielle, les pelouses, maladives, seront transformées en prairies fleuries, accueillantes pour les papillons. Il s'agira aussi d'éradiquer les plantes invasives, de planter des saules pour les castors et fixer les berges, de faucher raisonnablement…Véronique Vigne-Lepage

Les résultats de l'étude biodiversité réalisée sur le site de Jarrie par l'association Naturama seront présentés officiellement le 23 octobre. A l'occasion de la Fête de la Science, l'entreprise proposera au public une visite animée par cette association. Sur inscription auprès d'Anne Guillet-Caillot (Arkema). Tel.04 76 39 73 08, anne.guillet-caillot@arkema.com